logo

Cliquez pour voir le plan

La CASAMAURES est un Monument Historique de style mauresque en ciment moulé

Visites
 ↑  
Tout savoir !
 ↑  
Association
Editions Casamaures
Cadrans solaires
Nous contacter
Casamaures YouTube
 ↑  
+ d'INFOS

SEPULTURE AUSTRO-SARDES ? un patrimoine méconnu et invisible

2007 février découverte d’archives: Mémoire sur le lieu de sépulture des austro-sardes tués devant Grenoble en juillet 1815

Gallica.fr voir La carte superposée de 1815 et 1887 du centre ville de Grenoble est dans le bulletin de l'académie Delphinale de 1887-1888, collée en dernière page et coté, aux archives Départementales T5094.

Le récit du Docteur Charvet est page 297 à 306, copie exposée à l'Orangerie.

 500 soldats Austro-Sardes tués le 6 juillet 1815, furent enterrés place actuelle Léon Martin à Grenoble.

En 1887, une trentaine de tombereaux d’ossements de l’armée Austro-Sardes furent ensuite répartis  dans le terrain de la Guinguette par M. Bret, entrepreneur de la ville et quatrième propriétaire de la villa de style néo-moresque. (Documents transmis à DRAC, STAP, CGI).

* 2 février 2012: Achat de 695 m2 des Jardins de l’Orangerie à la Métropole propriétaire depuis 1997. Ce qui permets enfin de commencer à creuser pour faire un sondage, 5 ans après.

2012 L'armée AUSTRO-SARDES secréte dans les JARDINS DE L’ORANGERIE  
Journées Européennes du Patrimoine dont le thème national 2012 est: "PATRIMOINE CACHE",

dés l'été 2012: des relances d'invitations aux officiels du Patrimoine afin de venir découvrir de visu l'espace choisi pour d'éventuels sondages. Par mails et téléphones à l'archéologue DRAC dumment informé depuis des années comme les documentalistes ainsi que la  Direction Culture et Patrimoine CGI,  M. Guibal

 Des bénévoles de l'association annoncent qu'ils vont commencer un sondage pouvant révéler: une nécropole enfouie 1887? ou plus récent un bassin enterré en 1952 par les entrepôts LE BON LAIT? ou d’autres surprises?

Dans la Bananeraie à la profondeur de plantation d'un arbuste.

- la première découverte était l'arrivée d’une canalisation récente sous une trappe carrée en béton et  un tuyau PVC!?

Sondage  samedi 8 septembre 2012:  37 cm de profondeur

Balisage par une corde bleue: 2m de long, 1m de large

Découverte : couvercle circulaire en béton, d’une citerne ?  à vidanger

Les canalisations de captage des sources pour alimenter les deux anciens bassins du parc ne sont pas loin.. ensuite l'eau se jetait par un fossé dans l'Isère (photos archives 1867). Mise à jour de raccord de tuyaux rajoutés par les entrepôts LE BON LAIT 1952, ils ont ensuite installé des préfabriqués pour la centrale frigorifique de laitage vers 1970, puis PELDIS 1992 jusqu’en 1997.

Lundi 10 sept. Anne DCP38 conseille: "Les fouilles archéologiques sont soumises à une loi précise et nécessitent une autorisation préalable dans le souci de préserver le bien national qu’est le sous-sol car tous les archéologues le diront :  fouiller : c’est détruire des informations qu’on ne pourra plus jamais récupérer"…

Mardi 11 septembre 2012: suite à l'envoi des photos du couvercle de la citerne, et toujours des invitations à venir découvrir nos projets dans le jardin, la DRAC service archéologie bloque toute poursuite d'intervention par manque d'un "archéologue funéraire" pour remplir le dossier officiel de demande d'autorisation, "sinon cela s'apparenterait à des fouilles clandestines!" Hors depuis cinq ans, on espère en vain la visite de professionnel concerné par le XIXe et cette histoire de translation de trentaine de tombereaux de fragments d'ossements datant de 197 ans

Loin de nous serait l'idée de vouloir troubler tout le sous-sol dûmment retourné, compacté par 45 ans d'activités de camions frigorifiques des entrepôts de la centrale laitière. Si un jour un bouton d'uniforme est retrouvé: tout le monde en sera informé 207 ans après!  Il s'agit simplement de garder la mémoire des malheureux soldats venus de Sardaigne sous commandement d'autrichiens, qui par les hasards de l'histoire locale, des coalitions se retrouvent finalement anonymes dans les multiples strates du TERRAIN DE LA GUINGUETTE

Pour les JEP, 12 pages d'archives méconnues du docteur grenoblois Charvet furent exposées.

Sachant que la force de "l'imaginaire des fouilles archéologiques" restera dans les mémoires malgré le manque d'autorisation officielle pour continuer de creuser et éventuellement réveler les strates d'histoires dans les Jardins de La Casamaures

***octobre 2012  "les speudo-fouilles archéologiques" sont désormais en attente du bon vouloir des responsables officiels du Patrimoine. Espérons qu'un jour passera: un archéologue funéraire? un prof d'histoire et ses étudiants ? et nous apprendrons un peu plus de cette nécropole enfouie, poussières d'histoire du patrimoine militaire de la ville de garnison de Grenoble au XIXe...

(voir: une plaque commémorative au lycée Champollion, et au lycée Tremier la trace d'un boulet sur un encadrement de porte. Voir le tableau d'Alexandre Debelle).

RV samedi 17 nov. 14h: L'office du tourisme organise un parcours: NAPOLEON 1815, les austro-sardes

La valorisation de cette histoire rocambolesque 1815-1887-2012 mériterait une plaque, l'édition d'un livret, une expo pour garder mémoire et respect

____________________________________________________________________________
Sachant qu'à ce jour, en 27 ans il n'y a jamais eu d'aide concrète pour valoriser les jardins                cet écrin de verdure du monument historique.

______________________________________________________________________________

Mystères et surprises des travaux dans une belle ruine!

*** 1981: une citerne

En dégageant les bâches pourries et les bestioles parasites du sol du jardin d'hiver, dans un ancien parterre  en dégageant de la terre sous 10cm: une trouvaille de taille: c'est une trappe. La citerne de béton recevait la source et/ou la récupération d'eau de pluie pour alimenter ensuite le bassin octogonal de marbre blanc, dont le trop plein alimentait ensuite un trou d'homme passant au niveau inférieur, cave-atelier sur la terrasse du magnolia...

Toute l'eau des toitures de zinc descendait sur 4 niveaux  jusqu'aux deux bassins du parc (aujourd'hui les Entrepôts-Métropole) pour se jeter ensuite dans l'Isère. (Voir photo 1867).

*** 1992 "La glacière"

Lors du nettoyage du dépotoir de ferrailles, tessons de bouteilles de lait et de champagne, une décharge des préfabriqués jusqu'en 1981. Les déchets bloquaient un accès près de l'Orangerie en ruine. (1992 achat de 243m2 du parvis de l'orangerie)

Après maints voyages à la décharge communale: dégagement d'un passage, une cavité avec arrivée de tuyaux de plomb, pour alimenter d'anciens bassins? Les découvertes d'archives, un descriptif de vente,  nous apprendrons que ce devait être la "GLACIERE". A l'origine, il y avait une douzaine de fontaines et de bassins, et statues

*** 1993: Bassin Baptistère

Sur le jardin en terrasse sous le magnolia grandiflora. En voulant faire un trou pour planter un bananier, Cyrille tombe sur un cailloux un peu galbé! Proposition: on continue de suivre la courbe et ainsi on a découvert par hasard la margelle en ciment moulé avec palmettes d'un bassin. Originalité il est entouré d'un double niveau en marbre blanc octogonal (comme le bassin du Jardin d'hiver). Tout  le tracé des 3 parterres fut ensuite découvert au grand étonnement des jardiniers bénévoles.

Suite à notre signalement à la DRAC, SDAP, CGI les historiens et archéologues sont venu le découvrir. C'est un étrange "baptistère" à double niveau,  jadis entouré de parterres octogonaux de fleurs, aux bordures en ciment moulé dont nous retrouvons les fragments.  "Encore une histoire d'eau grenobloise", résuma Jean Guibal, Alain de Montjoye, archéologue etc...

55mL de moulures de parterre furent ensuite posées à l'identique en 2005 (par les AVENIER sous contrôle SDAP).

Il y a aussi "l'escalier sans fin" utilisé jusqu'en 1965 pour les ouvriers LE BON LAIT, mais la porte d'accès est bloquée à l'Ouest par la Métropole...

Il y a également la citerne sous la dalle de la cuisine, qui s'écoulait dehors dans le ruisseau au 13 rue de la Résistance et par des tuyaux de plomb irriguait des bassins dans les jardins

 


Traductions (robot)

Traduir

Trans

Translate

übersetzen

Tradurre

Traducir

cat.png sued.png angl.png allem.png ita.png esp.png
Site fait grâce aux outils:  Guppy + eCartes + OpenNews + Réservations +Sommaire . Avatars: toutimages.        
La traduction en Anglais a été faite par
:      Boite "SOS! Projet Rocade" : Pierrette-Françoise Stevelberg      
Boite "Tout savoir !" : Michaela Lundell        biggrintongue
le webmestre , 17 Mars 2007
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ce site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL. Les données collectées dans les formulaires de contact ne sont pas conservées une fois l'échange terminé. Vous pouvez vous adresser au sein de notre association au correspondant CNIL. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.
Combattez les spams : Cliquez ici
Agenda
Chantiers
Les abords
Recherche
Recherche
 ↑  
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 34 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑