En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Calendrier du blog

Mois précédents

 ↑  

Archives

 ↑  

Recherche

Recherche
 ↑  

Blog Cas'Amore - Mai 2019

Jeudi 2 mai. Tournage ARTURIA  

Jeudi 2 mai. Tournage ARTURIA

blog0501.jpg

Im : ARTURIA le temps d’un clip regardé par Princesse sur ses cousins de tulipes rouges ottomanes.

Une journée de tournage d’un clip de 3mn de musique électroacoustique présentant des créations de nouveaux claviers digitaux. 20 ans de création d'instruments pour de la musique d'aujourd'hui diffusés de par le monde, mais une conception meylanaise. Imaginez le buffet tout en noyer du grand-père, détourné et magnifié comme un pupitre portant 4 synthétiseurs. Un grand musicien danse tout en jouant sur les boites à rythme, dans l’ambiance sonore du jardin d’hiver...

Toute une chorégraphie de camera permet une prise de vue unique balayant en arrière fond les décors de ce jardin d'hiver que certains désignent comme une cour couverte sur les archives de vente en 1878 à la ruine du sieur Joseph Jullien Cochard. Lors d’une visite de l'association nationale des architectes du patrimoine, printemps dernier, un spécialiste d’architectures du moyen orient insistait : c’est à sa connaissance un jardin d’été : DIWAN. Le nom « divan » provient de cette coutume orientale de s’installer sur des canapés, prendre le temps de se divertir en lecture de poèmes, écouter de la musique, tout en se rafraichissant du bruit d’un jet d’eau dans le bassin.  En levant les yeux, une collection de tableaux régalait les pupilles de ses connaisseurs cultivés. Les tables basses portaient des plateaux de cuivre avec des verres à thé ainsi que des gâteaux, des loukoums, des fruits. Un véritable espace de réception magnifié par une collection de plantes exotiques. Des plantes grimpantes escaladent toutes les attaches sur les murs. Aujourd’hui le jasmin embaume de ses fleurs blanches jusqu’à la verrière en lumière zénithale, à 9m de hauteur.

Des photos d’archives sont accrochées sur les murs, et des tableaux. Une gravure encadrée de Napoléon III, l’impératrice Eugénie la voyageuse et leur petit Louis, a été chinée au marché aux puces de saint Laurent. La famille impériale est venue, accueilli en 1859 et 1862 sous des arcs de triomphe de fleurs des grenoblois. Puis ils ont continué leur tournée pour aller en représentation en Algérie (depuis 1830 un territoire de l’empire colonial français).

Tout le mobilier a été pillé. Lors d’une décennie d’occupation des clochards (1965 à 1974). Les portes et planchers furent brulés pour se chauffer, faire des feux de joie des fêtes.

Jeudi 2 mai. Tournage ARTURIA

blog0501.jpg

Im : ARTURIA le temps d’un clip regardé par Princesse sur ses cousins de tulipes rouges ottomanes.

Une journée de tournage d’un clip de 3mn de musique électroacoustique présentant des créations de nouveaux claviers digitaux. 20 ans de création d'instruments pour de la musique d'aujourd'hui diffusés de par le monde, mais une conception meylanaise. Imaginez le buffet tout en noyer du grand-père, détourné et magnifié comme un pupitre portant 4 synthétiseurs. Un grand musicien danse tout en jouant sur les boites à rythme, dans l’ambiance sonore du jardin d’hiver...

Toute une chorégraphie de camera permet une prise de vue unique balayant en arrière fond les décors de ce jardin d'hiver que certains désignent comme une cour couverte sur les archives de vente en 1878 à la ruine du sieur Joseph Jullien Cochard. Lors d’une visite de l'association nationale des architectes du patrimoine, printemps dernier, un spécialiste d’architectures du moyen orient insistait : c’est à sa connaissance un jardin d’été : DIWAN. Le nom « divan » provient de cette coutume orientale de s’installer sur des canapés, prendre le temps de se divertir en lecture de poèmes, écouter de la musique, tout en se rafraichissant du bruit d’un jet d’eau dans le bassin.  En levant les yeux, une collection de tableaux régalait les pupilles de ses connaisseurs cultivés. Les tables basses portaient des plateaux de cuivre avec des verres à thé ainsi que des gâteaux, des loukoums, des fruits. Un véritable espace de réception magnifié par une collection de plantes exotiques. Des plantes grimpantes escaladent toutes les attaches sur les murs. Aujourd’hui le jasmin embaume de ses fleurs blanches jusqu’à la verrière en lumière zénithale, à 9m de hauteur.

Des photos d’archives sont accrochées sur les murs, et des tableaux. Une gravure encadrée de Napoléon III, l’impératrice Eugénie la voyageuse et leur petit Louis, a été chinée au marché aux puces de saint Laurent. La famille impériale est venue, accueilli en 1859 et 1862 sous des arcs de triomphe de fleurs des grenoblois. Puis ils ont continué leur tournée pour aller en représentation en Algérie (depuis 1830 un territoire de l’empire colonial français).

Tout le mobilier a été pillé. Lors d’une décennie d’occupation des clochards (1965 à 1974). Les portes et planchers furent brulés pour se chauffer, faire des feux de joie des fêtes.

Fermer Fermer

Publié le 02/05/2019 : 00:01   | Tous les billets