En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Billets du mois

Avril 2019
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Mois précédents

 ↑  

Archives

 ↑  

Recherche

Recherche
 ↑  

Blog Cas'Amore

Tous les billets

Lundi 15 avril. Joël Bressand et ATOUTAZART de Voreppe.

blog0415.jpg

Im : archéologie industrielle

img/blog0415.jpg

Im anatomie d’une sculpture animalière

J’adore les mythologies d’aujourd’hui, en leur proposant l’idée d’une Dahue je ne pensai pas que cela deviendrait une sculpture du genre une « autruchonne de Chartreuse ». En final, elle s’appelle « une jardinosaure ».

Je la surnomme Zozotte d’Atout-A-Z’art car elle nous fait rire avec ses dents de scie.

En cette période pascale, il nous semble en tant que casamauriens, que cette femelle, attende un heureux événement ?   

Famille‎: ‎Struthionidae

Règne‎: ‎Animalia

Sous-embr.‎: ‎Vertebrata

Classe‎: ‎Aves

Une journée d’atelier des métalliers, Joël, Michel et Dominique pour vivre la mutation d’une bétonnière retraitée en une animale imaginaire, une chimère de charme.

Finalement elle aura plein de petits surnoms amicaux cette « jardinosaure" de 2,50 mètres de haut

Elle est si minium (hélas pour des retouches sur soudure, je n’ai pas trouvé de minium orange en magasin ? Le rustol ne me satisfait pas, mais on le passera par prévention sur les éraflures. Elle se voit de la route cette miss DDE, c’est sympa orange BTP.

Alors proposition de peinture juste ses trois jolies jambettes en Bleu d’outremer ?

Pour cet animal mythique, elle sera céleste dans les jardins de l’Orangerie. 

Jacky venu récupérer son échafaudage nous dit : « qu’elle ressemble à une grue orangé? (cf. celles menaçantes disparues de la Rocade, des tunnels sous la Bastille qui devait passer à 29 m de haut sur nos têtes, le mégalo projets de 2007 à 2010).

Publié le 15/04/2019 : 07:25  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Samedi 14 avril : Atelier MAINS-SIGNES : AMOUR

Grand soleil d’avril et neige sur le Vercors, vent froid tout en admirant les floraisons de glycines de chine, de lilas bleu et l’incroyable rosier liane de 10m de haut. Les iris d’Algérie se fanent. Le magnolia laisse tomber ses pétales roses, le jasmin d’hiver et les forsythias leurs fleurs jaunes. Nous plantons des iris, des dons de plantes aux noms inconnus.

Image: VOYAGE

En réalisant le « sentier cosmopolite » l’année passée, j’ai mis en scène des sculptures, des carrés d’or gris avec des calligraphies de CASA BLEUE traduite d’une dizaine de langue (Ethiopien, Syrien, Congolais, Burkinabé, Créole, Espagnol…) il manquait la langue des signes. Aussi les essais ont commencé printemps dernier pour un atelier d’empreintes en algue (de l’alginate), et des résistances de divers ciments qui puissent tenir de plein air sur le « chemin des mains-signes ». Toute une poésie en trois dimensions dédiée à la muse Casamaures. Sur des pilastres en béton, dans des jardinières, sur des colonnes les lettres de l’alphabet dactylologie forment des mots.

  • Sous l’atelier sous la verrière ce samedi après-midi, 8 personnes m’ont offert leurs mains.
  • MARC, GASPARD, BASILE qui reviennent en troisième séance pour MERS DU SUD
  • JOHANN, VIRGINIE, NOLANN, JADE, MAENA forment les 5 lettres manuelles du mot AMOUR

Semaine prochaine, j’espère les installer dans les jardins de l’orangerie.

55 mains. CASAMAURES. CHIMERE. COSMOS. VOYAGE. AME. ETOILE. ODE. MERS DU SUD. AMOUR.

Et une série de 8 duos amoureux: Françoise & Felix. Jeanne & Satti. Fabienne & Joël. Martine & Bruno.

71 mains constituent un jeux ce chemin des mots secrets, exposés dans les jardins.

Publié le 14/04/2019 : 10:40  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Vendredi 12 avril. Du ciment moulé au béton armé: 75 d'écart dans l'histoire de la construction.

Im tour Perret

RV 14h30. la cheffe du chantier de la tour Perret Grenoble… rencontre sur le patrimoine architectural, l’or gris.
Elle cherche pour la ville de Grenoble, 8 millions de travaux pour sauver la tour d’orientation, phare de l’exposition de la houille blanche et du tourisme en 1925. M. Botton, ACMH est de retour. L’architecte a travaillé pour le monument la Casamaures, de 1994 la mission d’étude, suivi de 1997 à 2002 de chantiers des terrasses, des garde-corps, de l’orangerie. Les premiers chantiers pilotes de restauration des bétons où le laboratoire de Champs-sur-Marne commençait ses études sur les vieillissements des bétons, les altérations de l’épiderme des architectures. L’art du moulage est mis à l’honneur ainsi que l’audace des premiers procédés de préfabrication dans l’histoire de la construction française.  150 ans d’architectures en bétons, des monuments du monde entier sont concernés si j’en crois les visiteurs d’Icomos, ou l’association nationale des architectes du patrimoine, école de Chaillot, tous ces spécialistes qui viennent depuis tellement d’années découvrir nos chantiers de restauration pour consolider et embellir ce chef-d’œuvre en péril. Les colloques lors du bicentenaire de l’invention de la formule du ciment artificiel l’ont dûment explicité en 2017, chaque chantier pilote sert aux réflexions commune. Après la Casamaures, Monsieur Botton a été nommé dans la région PACA pour notamment les chantiers de la maison du fada,

La cheffe de projet observe tous les chantiers de restauration depuis le classement et aussi prends connaissance de nos actuelles recherches budget de 3000 euros de chantiers et de photos de valorisation pour sauver la mémoire de Joseph. Rosine et Jeanne Marie. (480€ ville de Grenoble, 300€ Département sont bien insuffisant pour boucler notre budget si minime pour des institutions.

Publié le 12/04/2019 : 10:32  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Mercredi 10 avril. Texte pour mission Stéphane Bern

IM ballons bleus plein d’espoir

Texte pour mission Stéphane Bern et Fondation du patrimoine, nous croisons les doigts en espérant un soutien bulle d'oxygène dans la lenteur des travaux.Texte pour mission Stéphane Bern et Fondation du patrimoine, nous croisons les doigts en espérant un soutien bulle d'oxygène dans la lenteur des travaux.

Une ruine de villa construite à 1855 à 1867 est depuis 38 ans en chantiers de restauration. Cette renaissance pour la conservation d’un chef-d’œuvre des artisans grenoblois a commencé par des emprunts en 1981 par les habitants. C’est un rêve d’enfant qui se concrétise, un engagement au quotidien pour sauvegarder une singulière architecture de style néo-mauresque, qui a permis son classement monument historique en mai 1986. Son double intérêt dans l’histoire de la construction française est : son style orientaliste et sa technique innovante en premiers ciments moulés dont trois façades de colonnades et d’arcs outrepassés. La Casamaures représente le plus ancien préfabriqué en ciment prompt (issu à 150m des galeries de la première cimenterie de la porte de France, ouverte en 1842). L’association patrimoniale Casamaures d’hier et d’aujourd'hui a valorisé « le savoir-faire de l’or gris » dès 1990. Depuis nous espérons de l’aide pour restituer les promenoirs d’origine ornés des garde-corps représentant l’art des mouleurs de ciment selon la commande d'un couple de grenoblois ruiné en 23 ans. 

Les explosions des deux dernières guerres ont pulvérisé des centaines de m2 de verre de couleur, par conséquent nous espérons remettre l’architecture de lumière d’origine aux 9 baies vitrées du jardin d’hiver. Sa façade de bois peinte était le pavillon de la Turquie racheté lors de la première exposition universelle de Paris en 1855. Sous l’ombrage d’un magnolia grandiflora de 160 ans au label « arbre remarquable de France », de nos jours les couleurs reprennent vie au temps solaire.

Ce monument en or gris magnifiant les décors néo-mauresque est un patrimoine emblématique en Isère. Dans cette illusion d’orient de palais de Constantinople aux portes d’entrée de Grenoble, nous espérons qu’un jour, tout l’ancien parc actuellement en friche, redeviendra un écrin de verdure, de sculptures pour « un unicum, une folie néo-mauresque du XIXe siècle », si paradoxal le long de la rivière Isère aux pieds des massifs de Chartreuse, face au Vercors au soleil couchant.

cf. Dossier mission d’étude, Jérôme Francou, rendu avril 2018.

3 objectifs :  Après la sauvegarde des peintures de 2 plafonds en 2019, restituer 9 baies vitrées du jardin d’hiver en 2020. Les 2 promenoirs d’origine 2021?

1988 : Prix chef-d’œuvre en péril, remis par ANTENNE 2, Pierre de Lagarde, ministre de la culture Philippe de Villiers.

Publié le 10/04/2019 : 10:25  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Mardi 9 avril. Jeux d'écriture, empreintes de poissons

Im : mur de plantes grimpantes

Ecriture dans la galerie Alter-art, quartier Saint-Laurent. Un lieu d’artistes où j’apprécie d’aller car une fois par mois car Elisabeth Chabuel y organise des jeux d’écriture. Chaque mois les expositions changent, c’est un plaisir de passer deux heures de temps concentrées dans les écrits et influencées par les tableaux, gravures, photographies ou sculptures exposées.

Les empreintes de poissons de Carole Exbrayat étonnent car les yeux des poissons sont repeints, fixent les visiteurs pour une apparente vivacité. C’est troublant ces impressions sur papier ou sur tissus comme des suaires. Elisabth nous rapelle que le poisson mystérieux représentait les signes des premiers chrétiens. En passant une soirée, on a le temps d’évoquer pleins de réminiscences maritimes stimulées par les œuvres de cette bretonne de coeur.

Un stage de collagiste est organisé par Carole en juin, il est déjà complet de 14 personnes. Un plaisir partagé qui commencera le 11 juin, par une semaine d’atelier et deux jours d’exposition en final dans l’espace de l’Orangerie.

Le s. 25 mai, il y aura une journée de jeux d'écriture mené par Elisabeth Chabuel le matin dans le cadre de l'exposition de Monique Navizet sur les crêtes des montagnes environnantes, Paysages-paysage saison 3.

Publié le 09/04/2019 : 10:24  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut