Charlie

Cliquez pour voir le plan

La CASAMAURES est un Monument Historique du XIXè siècle, de style mauresque en ciment moulé

+ d'INFOS

Les nouvelles actives sont postérieures au 01/01/2018 : 00:00
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles

La Casamaures monument historique

* 5 mai 1986, arrêté de classement monument historique du Ministère de la culture.
L’architecture orientaliste et les abords en covisibilité du monument, depuis 38 ans sont légalement protégés par le Code du Patrimoine. Le PLUI  préconise : un parc en zone urbaine 70% et 30% constructible ???

L’association La Casamaures d’hier et d’aujourd’hui depuis 1985 organise les manifestations retraçant les aventures humaines dans un espace atypique, un écrin de verdure entourant une demeure « de style fantaisie dit néo-mauresque ». Quant aux bénévoles de l’association ce sont des sentinelles de la préservation du patrimoine architectural et patrimoine arboré:  magnolia grandiflora « Arbre remarquable de France » et le Paulownia arbre résilient.  En 2023, grand chantier Métropole de  « désamiantage-déconstruction des entrepôts insalubres de 1952 ».

1855:  de l’acte d’achat fondateur au futur chantier de consolidation du mur des contreforts ouest en 2025, il y a  170 ans d'histoires.
La salle de l'Orangerie accueille des photos d'archives, 3 maquettes
Des plans du monument coté ouest  réalisé par Cérés, Jérémy Dupanloup, l’architecte du patrimoine …

"....Il y a deux choses dans un édifice, son usage et sa beauté! Son usage appartient au propriétaire et sa beauté appartient à tout le monde..." écrivait en 1830 Hugo Victor (1802-1885) Il  fut un précurseur de la défense des sites et des monuments comme son ami le bicentenaire Prosper Mérimée né 1803. Hector Berlioz est aussi un conscrit de Joseph Jullien Cochard. Ce grenoblois né février 1803, rue de Turenne à Grenoble a acheté un terrain appelé “ La Guinguette ”, le 27 janvier 1855. A cinquante deux ans, il a fait construire un chef-d’œuvre des artisans mouleurs des premiers ciment extraient des galeries à la Porte de France sous l’éperon rocheux de la Bastille. (Première cimenterie ouverte en Isère en 1842).

Un monument en « or gris » qui témoigne de 170 ans d’histoire des ciments Isérois.
*     DON en avril 2024 de 43 ans de dossiers de chantiers aux archives département de  l’Isère ADI
(Relire les papiers officiels  depuis la lettre de demande de dérogation en 1983 pour avoir le droit « d’utiliser les couleurs et les matériaux d’origine », les tracas administratifs, de constat d’inertie quand on lit des courriers demandant aux maires successifs depuis 1986, la protection et valorisation des abords  …)

Les aventures des trois rachats et la série des trois protections du monument historique, illustrent la saga de la Casamaures.
1) Achat 19 mars 1981 à monsieur Xavier, Raymond François Marie du Trémolet de Lacheisserie et son frère Antoine. Le notaire maître Grosset m’avouera ensuite que cet " achat est le plus rocambolesque de sa carrière ", suite aux suspens de la signature du compromis de vente. Les rendez-vous étaient annulés par les deux frères et ils arrivèrent avec plus d’une heure de retard pour la vente. Un manque étrange de politesse peu aristocratique. Nous avons compris après, ses réticences par rapport à une jeune femme de 28 ans.

La lecture du constat du 23 mars 1981 de maître N’Kaoua, rétrospectivement fait peur.
" Cette maison est dans un état de délabrement et d’insalubrité qui la rende inhabitable " et il énumère : fuites en toitures, infiltrations d’eaux, planchers vermoulus, plafonds effrondrés, électricité câbles volants, radiateurs non reliés à une chaudière, bris de vitrages,… Un décor de roman policier bien noir avec des terrasses envahies de végétation et détritus divers.

Trois protections du Ministère de la culture intensifient l’intérêt de la globalité de l’édifice:
1) A la Préfecture de Lyon, la COREPHAE vote l'Inscription à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, le 4 juillet 1985.
2) A Paris, le 24 février 1986, la commission nationale supérieure décide à l’unanimité le classement, (arrêté du 5 mai 1986)
3) Arrêté de Classement: MH 19 mars 1992 (extension de l’arrêté 5 mai 1986).
" Portant classement parmi les monuments historiques de la Casamaures en totalité, y compris les terrasses et l’Orangerie " soit 883m2

Ainsi l’intégralité des 3 parcelles est protégée par le ministère de la culture, sur les 4 niveaux de l’architecture. Depuis l’inscription de 1985, la loi de 1913 de protection du périmètre de 500 mètres des abords devrait être appliquée.

Rapport de classement du 24 février 1986, par monsieur Enaud Parsi, commission nationale supérieures monuments historiques.
La maison Casamaures " a été édifiée sur une hauteur au-dessus de l’Isère de 1855 à 1867.
M. Thuillier insiste sur l’intérêt de cette villa représentant le début de l’histoire du béton et caractéristique du style néo-mauresque.
" considérant l’intérêt représenté par cet édifice dans le domaine de l’architecture orientaliste et en tant que prototype d’une technologie nouvelle, la commission nationale supérieure, donne un avis favorable… "

Quelle est la superficie de cet édifice ?
Cadastre section AT 19 mars 1981: achats pour remembrer  les parcelles.
N° 302 d’une contenance de 6a 2 ca (8 janvier 1982 suite au partage en 2 lots)
N° 301 d’une contenance de      40 ca (achat 5 juillet 1991). Appartement donnant au n° 13 rue de la Résistance.

N° 319 d’une contenance de 2a 41 ca (24 octobre 1989), parvis orangerie à la société Cofradel, Compagnie française du grand Delta, lors de la vente des entrepôts à Peldis, une centrale de camions frigorifiques.
* 1992 extension des parcelles classée  du monument historique de 883m2
AT   372    Le jardin de l’orangerie, 695m2 (mars 2012)
? AT   420    Le jardin de l’OR GRIS 246m2 (? 2024) le remembrement des parcelles contres les murs de fondation du monument continuent pour sa protection globale. A ce jour toujours en attente de signature de la Métropole ?

Sur le POS 1986, le site de la Guinguette, est une zone UD à vocation culturelle, sur l'emprise du Tunnel sous la Bastille.
Depuis 2019 le PLUI: parc en zone urbaine reste morcelé en deux friches

- Quelle est la superficie habitable ?
C’est le plus difficile à estimer. Selon le froid hivernal, le gel des canalisations ou la canicule estivale les salons, le jardin d’hiver, l’Orangerie sont gelés ou étouffants avec l’effet de serre des vitrages, une passoire thermique.

Sachant que Le ministère n’oblige pas à ouvrir un monument aux visiteurs.
Dés l’achat de la ruine en 1981 à 1985, l’association Artbrico organisait déjà des évènements avec des artistes. L'association patrimoniale la Casamaures d'hier et d'aujourd'hui valorise le patrimoine architectural et arboré.
La muse Casamaures aide à la création contemporaine, non subventionnée.
De même, aucune aide dans les jardins
    Notes pour répondre aux rapports des étudiants d'institut d'urbanisme IUGA et les stagiaires d'architectures: ENSAG