1 JANVIER 2019

Les vœux arrivent chaleureux

 

Que des éclats merveilleux brillent au fond de nos yeux !

Plafond d’étoiles et arabesques du salon

2 JANVIER 2019

Dis pourquoi tu tousses ?

La saga contre les champignons se poursuit pour sauver les décors de peinture sur papier. L’achat du déshumidificateur permet de ventiler la pièce de 15m2. Nous contrôlons température et humidité de 50%, qui tombe à 37% ce jour. Les pièces ne sont pas chauffées. Il a fait 2° sur la terrasse en extérieur et un beau temps à prendre des photos pour les vacanciers des fêtes de fin d’année.

Je retourne à la pharmacie acheter du sirop dédié aux toux sèches irritatives. Les questions de précisions de la pharmacienne me troublent, alors de retour de la Buisserate, je commence une autre enquête cette fois médicale : comment se déclenchent les allergies, tout un monde que j’ignorai. Est-ce la pollution de l'air ou celle en interne de l'habitat ? Il est vrai que depuis octobre, je me réveille la nuit en toussant. Jef mécontent me surnomme gentiment de scrofule (référence dans Zola, Germinal, 1885). J’aime bien chercher le sens des mots, des définitions, il me semble qu'ainsi j’apprends à un peu mieux à écrire et comprendre des vocabulaires inconnus du milieu populaire où je vivais dans l’enfance. (Merci wikipedia et les dictionnaires en tout genre, cela n'empêchera pas les fautes d'accord, toutes les coquillettes d'écriture dans un blog décomplexé, ce n'est pas de la littérature, mais bien plus simplement des journées vécues dans le cadre atypique de la Casamaures).

Nous vivons la période des bonnes résolutions de début d’année, aussi je décide de m’occuper de moi car la cortisone semble inefficace cet hiver encore. La doctoresse qui m’a ausculté au stéthoscope les poumons, s’inquiète de ma respiration sonore, d’asthme ce qui finit par m’alerter aussi. Il est temps que je réagisse en m’informant mieux car la fréquence de la toux aggrave les douleurs d’hernies discales, aux cervicales et aux lombaires, (vivre au quotidien son handicap de deux foyers de douleurs , depuis un deuxième accident automobile en 1988). Je trouve grave d’être perturbée à ce point par les quintes de toux chaque hiver. Tilt aujourd'hui, je comprends que ce n’est pas dû qu’à la mauvaise réputation d’atmosphère pollué dans la cuvette de l’Y Grenoblois. Mon carnet de chantier devient aussi un journal de santé. En recherchant toux chronique pour une non fumeuse, je découvre bien tardivement l'exposition à des "aéro-contaminants" domestiques. Atchoum, sur le fidèle mac je tape : moisissure allergie ?

Les moisissures peuvent infester presque tous les matériaux et se développent principalement en terrain humide. Symptômes: rhinite allergique, yeux larmoyants, toux et détresse respiratoire, un asthme est également fréquent. Oulala, terrible je n’aurai pas dû enquêter car on choppe toutes les maladies imaginaires sur l’épidémie internet.

Les déclencheurs de l’allergie aux moisissures connus les plus importants sont les espèces Aspergillus, Alternaria alternata, Cladosporium et Penicillium qui appartiennent tous aux moisissures. Celles-ci sont présentes partout dans le monde, principalement dans la nature, généralement dans la terre et les matériaux organiques morts. À l’intérieur des maisons anciennes, les moisissures se développent là où il fait humide, par exemple après des dégâts causés par l’eau, lorsque l’humidité de l’air est élevée. (Les installations de climatisation mal entretenues, les ventilateurs, les humidificateurs ou les fontaines décoratives et de nombreuses plantes dans une pièce peuvent entrainer des moisissures).

OK, Je ne remettrai plus les six pots de fleurs bleus devant les porte-fenêtres des salons, pourtant j’aimais cette nature vivante de plantes exotiques alors que la nature est aussi magnifiée sur les décors de fond des papiers peints panoramiques.

Les clarifications allergologiques chez un spécialiste sont importantes pour poser le diagnostic et déterminer les mesures thérapeutiques possibles. Ok je vais prendre des RV.

Thérapie et traitement : toute contamination par des moisissures dans l’habitat doit être éliminée rapidement. Il faut toujours éliminer l’origine du problème d’humidité, sinon les moisissures réapparaîtront rapidement. Les personnes avec des problèmes de santé ne doivent pas éliminer elles-mêmes les moisissures, même sur de petites surfaces. Avant un assainissement ainsi que pendant les semaines qui suivent, il faut également aérer fréquemment les pièces et bien prendre les poussières.

  • Aérer les pièces à fond pendant cinq à dix minutes deux à trois fois par jour
  • Maintenir humidité relative de l’air à 45 pour cent maximum en hiver
  • Maintenir la température entre 19° et 23°C en hiver
  • Placer les meubles à dix centimètres du mur au moins
  • Bannir les plantes de la chambre à coucher
  • Évacuer chaque jour le compost ou les biodéchets ou les entreposer en dehors du logement
  • Renoncer aux humidificateurs. Contrôler régulièrement l’humidité de l’air

3 JANVIER 2019

Sculpture à DEUX MAINS

Retour avec plaisir dans l'exposition sur « les serviteurs des Dieux », où je recherche curieusement les sistres, des instruments de musique finement ciselés qui accompagnaient les prêtresses chanteuses. Mon abonnement au musée de peinture me permet des entrées libres et de partager des émotions en compagnie de Satti & Jeanne devant le regard cerné de noir du grand Vizir dont la morphologie de la tête ressemble étrangement à celle d’un tamoul de Puducherry. Des vases canopes en forme d’animaux m’étonnent, ils reflètent des cultes antiques où ils avaient tout un imaginaire de la vie après la mort.

Les actuels travaux du musée départemental dans la maison familiale de Jean François Champollion, permettront de mieux connaitre l’égyptomania, l’engouement pour les cultures orientales au XIXe.

De retour dans le jardin cosmopolite, nous nous promenons en découvrant des installations de sculptures, des créations in-situ. J'aimerai aussi que ce jardin extra-ordinaire chante au vent des harpes éoliennes. D'où mon intérêt pour les instruments antiques et les sistres des prêtresses égyptiennes. Je continue une série d’une cinquantaine de mains qui parlent en langue des signes constituant « Le chemin de mots », je prends l’empreinte des mains enlacées des deux amoureux, en alginate (algues). Ensuite je réalise une gâchée de ciment fibré qui comble la forme de leurs mains unies.  Après des jours de séchage près du radiateur, j’irai faire un scellement sur une colonne. J’espère réaliser une centaine de mains-signes qui nous offrent le prétexte de quelques méditations sur CHIMERE, VOYAGE, REVE, AME, ODE, MER, ETOILE, CASAMAURES…

4 JANVIER 2019

Fortifications aux portes de Grenoble

 

Une matinée de démoulage des empreintes, j’enlève les épaufrures au burin, après une nuit de séchage, atelier de béton fibré dans la cuisine, seul espace chaud de la Casa.

Denis collecteur d'infos dans les médias, sonne à la porte décorée de houx. Il ramène le dernier GREmag de la Ville de Grenoble. Nous partageons avec Laurence des loukoums à la rose d'Istanbul, un délice.


5 JANVIER 2019

Tradition oblige, l’association ouvre pour un parcours guidé, la première rencontre de l’année.

Chaque premier samedi du mois, les individuels peuvent venir à 14h pour une balade contée dans ce mirage d’orient bâti par des grenoblois. En 1855, Joseph Jullien Cochard achète le terrain de la GUINGUETTE. Sa campagne est bordée à l’ouest par le rivière Isère aux inondations dévastatrices, (celle de 1859 allait jusqu’à la salle voutée de l’Orangerie).

22 visiteurs constatent 38 ans de chantiers de sauvegarde du patrimoine

Ils repartent tous avec le sourire et des encouragements pour les bénévoles de l’équipe d’accueil : Mireille, Sylvie, Denis, rejoint devant une délicieuse galette frangipane et des thés en final en compagnie de Mona peintre céramiste et Jean-Claude notre tailleur à la tronçonneuse des osiers que nous transformons en « trognes ».

Le propre d’un blog est de parler en liberté et faire connaitre l’arrière des décors, les difficultés rencontrées pour la sauvegarde du patrimoine atypique dans les enjeux urbanistiques d’entrée de ville de Grenoble. Un constat vécu chaque jour , comme cet incident notable

Une jeune femme est réellement courroucée par l’indication de son GPS qui indiquerait selon elle la porte rue de la Résistance plutôt que le portail bleu, en face du tram, à 58m des fortifications de Grenoble.

On vérifie, si quelqu’un a encore déplacé la flèche qui pointe pile sur le monument. Les visiteurs interprètent et sonnent inutilement rue de la Résistance. Ils ne lisent pas le panneau d’affichage et ignorent qu’il faut passer depuis l’an 2000 par le bas, côté ouest, en face du tramE, au portail N°58 allée de la Casamaures, accès par l’allée des saules « têtards ».

Depuis 2000, l’association réclame une meilleure signalétique pour la pose des panneaux, le fléchage au sol d’un allée-impasse de 4m de large, emprunté tout à la fois par des vélos, piétons + voitures avec des cohabitations parfois virulentes entre cyclistes et piétons. Depuis 2013 et l’inauguration du tram E, cela est dûment signalé à la mairie de SMLV, tout comme à la Métropole. Le problème d’accès s’améliore lentement mais le courroux de certains est dur à encaisser pour les bénévoles à l’accueil. « Allée de la Casamaures » n’est toujours pas actualisé sur les plans de la commune depuis le vote du conseil municipal en 2013.

Persévérons, dans nos multiples projets 2019, en demandant encore des RV sur place aux élus et techniciens pour la signalétique et la prévention d’un accès où le plan VIGIPIRATE devrait être mieux appliqué avec une épave de voiture juste à l’entrée depuis des mois.

Les critiques des visiteurs continuent sur 20 ans de non valorisation sur le site de l’ancien parc XIXe, deux parcelles en friches. Chacun le constate, même les drones de l’émission des « Racines et des ailes » diffusée sur TV5 monde, chaîne internationale de télévision francophone. On nous en parle à chaque rencontre. Malgré toute notre bonne volonté, les membres d’une association culturelle ne peuvent rien pour améliorer la signalétique ou les abords en friche.

6 JANVIER 2019

O vent suspend les spores

J’ouvre en grand la porte du jardin d’hiver, des salons et des caves

 

AERATION/ VENTILATION est le crédo de la lutte fongique aussi j’ouvre en grand la porte du jardin d’hiver, des salons et des caves. En tapinois circulent en liberté les chats curieux du quartier : le grand roux, la panthère noire, le chartreux craintif et terrible gros tigré. Déesse et Princesse essayent de défendre leur territoire par des miaulements effarouchés.

Chattes restauratrices escaladeuses d’échafaudages, en catimini, elles prennent leur place dans ce carnet de voyage en Cas’amore. Toute la journée, les deux sœurs font des rondes d’inspection de leur royaume du radiateur de la cuisine au fond des jardins. De leur yeux jaune soleil, elles mirent personnellement chaque visiteurs, amis, bricoleurs, archis ou universitaire. Elles participent à nos côtés à la vie de la maisonnée. Des photos des félines s’échangent avec les adhérents car Princesse et Déesse sont les deux stars caressées autant par la femme du Préfet en février que par les enfants qui jouent aux chats perchés.

7 JANVIER 2019

 

Temps froid, couverture nuageuse, humidité, pollution

J’attendais cette rencontre avec impatience. Le grand escabeau permets de monter à 3,75 m de hauteur à Bello Mouhamadou,(UFR Pharmacie de Grenoble. Responsable: L3 Biotechnologie-Santé; DIU Mycologie et pratique à l'Officine. LECA, UMR 5553, CNRS / Université Grenoble Alpes). Mme Lucile Sage : spécialiste moisissures en compagnie amicale d’Anne Favier, pharmacienne. Nous préparons les boites de prélèvement.

4 relevés de spores de champignons pousseront pour identifier les intrus, le suspens continue.

Jeudi prochain, j’ouvrirai une boite étanche pour recueillir les spores dans l’air ambiant de la pièce toute la nuit, pour leur rapporter au laboratoire vendredi prochain. Vendredi 11 janvier : rendez-vous à la fac de pharmacie, Bello, Anne, Lucile. Surprises, il peut de plusieurs formes de champignons ? Leurs souches se développent sur la colle du papier cellulose, le bois. Selon leur bon sens, c’est un mauvais conseil d’avoir choisi la ouate de cellulose comme isolant des combles. Elle propose de prélever une zone en aplomb de cloisons sur 2 étages ? mais qui montera en combinaison et masque pour aller par la charpente se pencher sur la masse d’ouate grisée de 8 ans de poussières ?

Les questions fusent. Mettre de l’alcool sur les points noirs ne résoudra pas le problème, mais arrêtera peut-être la diffusion des spores dans toute la maison.

Comment commencer en douceur la désinfection de la pièce : poser un diffuseur d’essence de basilic ? enquêter en attendant le rapport LRMH que je n’ai pas réussi à joindre au téléphone aujourd’hui. De retour de congés, ont-ils traité la demande administrative de la DRAC Lyon pour pouvoir commencer des analyses afin d’émettre un rapport et des protocoles de restauration ?

On vérifiera scrupuleusement avec le capteur : 0,6 d’humidité maxi à l’hygromètre sur le mur support de champignons, sinon développement de la souche (A vérifier les notes sur mon carnet de bords et les croquis indiquant les N° des boites).

8 JANVIER 2019

Le matin j’écoute des chansons à la radio tout en bricolant

C’est la ouate qu’elle préfère

pensive elle est passive, en négligé de soie

Les associations d’idées stimulent mes recherches de dossier de chantier sur le soufflage d’ouate de cellulose en comble perdu. En 2009, suite aux dégâts des eaux durant le chantier, notre choix de cet isolant a succédé à celui de la laine de verre (largement répandue pendant la première époque des années 1980). Dans la nappe d’ouate pulvérisée, des câbles électriques sont enfouis tel une vaste toile, ils se redistribuent dans chaque chambre.

2009 : de la fourgonnette Isolation ATBT dans la rue de la résistance, les ballots de ouate furent décompactés et pulsés à 20m de hauteur, via le vasistas du toit de zinc.

Je relis des présentations car je redoute que les moisissures s’amplifient en se nourrissant de cellulose ?

« Ce matériau de construction isolant est très prisé en écoconstruction. C’est du papier journal broyé, les gratuits non vendus réutilisés, insufflés dans les combles, cela freine la vapeur. C’est fabriqué à partir d'environ 85 % de journaux recyclés, les 15 % restants étant un additif ignifugeant comme l'acide borique. La ouate est difficilement inflammable ce qui est une qualité pour l’isolation d’un habitat ancien. Ajouté aux papiers recyclés, le sel de bore est un ignifugeant, aux pouvoirs séchant et de plus, un bactéricide contre les insectes xylophages.

Peu ou prou, on prend une douche par jour, ce qui fait des vapeurs d’eau, apparition de points de rosée, buée sur les vitrages due aux froids hivernal dehors et la chaleur dans les pièces intérieures.

Notre lutte contre les insectes xylophages est constante : tabourets, meubles passent au xylophène dans les petits pots qui imbibent le bois ? Le jardin d’hiver est transformé en atelier de protection des meubles persans. Des imprégnations d’huile de lin et de térébenthine viennent protéger les bois anciens. Les travaux d’entretien luttent contre les dégâts des insectes, mais j’avoue avoir peu pensé aux champignons invisibles, dans la mesure où on aère systématiquement des caves aux étages, surtout à la belle saison.

SOCIÉTÉ MYCOLOGIQUE DU DAUPHINÉ, l'association a pour but l'étude des champignons. Elle contribue à la formation de mycologues et organise des conférences, des expositions. Sa présidente Evelyne Tardy, nous envoie un mail de sympathie. Ils nous donnent des tubes.

http://www.smd38.fr

J’aimerai découvrir le sporoscope de la SMD, nous sommes environnés d’infinis milliards de spores, plus que les étoiles ? Je glisse dans l’écoute du monde microscopique bien mystérieux. Je mets une feuille blanche d’observation, sur un tabouret en aplomb de la colonie d’altitude de 3m de haut dans la frise peint

Le spore, la cellule constitue une des étapes du cycle de vie de nombreuses bactéries, plantes, algues, champignons. Certaines spores, notamment celles de bactéries ou de champignons, présentent des caractéristiques remarquables de résistance : elles peuvent survivre pendant plusieurs milliers d'années, même dans des conditions défavorables, et permettre ainsi la dispersion de l'espèce, parfois à une grande distance de son point d'origine, ou longtemps après la disparition du « parent ». Certaines spores fongiques peuvent rester sous forme dormante de nombreuses années, en particulier dans des conditions de grande sécheresse ou de grand froid".

Il y a eu tellement d’inondations des toits, d’occupations illicites, de vétusté, de mauvais hygiène qui cohabitaient car c’était déclaré « insalubre » en 1981. C’est tragique que cela redevienne difficile à habiter 38 ans plus tard, à cause de résurgence de ces spores maléfiques, de malfaçons dans un chantier de toiture pourtant sous haute surveillance en 2009.

Nous vivons de la science-fiction dans l’infiniment petit des résidents de la Casa. J’ai la désagréable impression d’être aussi envahie, les voies respiratoires colonisées d’intrus en respirant tous ces microorganismes. Je tousse et repense dans l’écume des jours de maître Boris Vian, au terrible nénuphar dans les poumons de Chloé

(En grec, Khloê signifie "la verdoyante", "herbe naissante". Dans la mythologie, Chloé était l'autre nom de Déméter, la déesse des moissons, j’adore ses antiques histoires, tout comme les convictions féministes de la provocante-pétulante-humoriste-tachcheuse Florence Floresti. Je l'écoute à la radio en actualisant le carnet de chantier...

9 JANVIER 2019

Vœux COLIBRIS

l’année commence avec un sourire pour les gourmands! Le boulanger patissier de la Buisserate a commandé les " 6 merveilles de Saint-Martin-le-Vinoux" ! Le Pique-Pierre, la Casamaures, le château de l’Hermitage, le Néron, la maison de l’Horloge et le pont Bergonzoli !

Le carnet de chantier devient celui d’une lutte anti-microbes pour commencer une nouvelle année. Il n’y a pas que les grippes, bronchites mais un hiver entier de toux semble insupportable, dans le tram cela s'entend bruyamment.

Bien plus grave est cette guerrilla urbaine environnante qui fait rire jaune, couleur de souffre, dont le gouvernement a maintenant peur pour les violences ingérables des extrémistes infiltrés droite, gauche et marginaux. Une première manif de femmes gilets jaunes, des travailleuses pacifistes qui donnent de la voix à leur détresse au quotidien pour leur famille.

Quant aux vœux, ils arrivent nombreux par mails, cartes

Les élus du canton étaient présents hier soir aux vœux du maire PS de SMLV qui, surprise, cite la légende amérindienne du COLIBRI. L’écologie enfin mise à l’honneur ? J’imagine que les créateurs du mouvement COLIBRIS, Pierre Rabhi et Cyril Dion ( son superbe film d'humaniste: DEMAIN en 2015), seraient heureusement surpris du changement de mentalité locale. Enfin, il ne s’agit sur notre commune, que du rush des promoteurs poussés a respecté les lois environnementales.

Le Colibri géant en sculpture de fil de fer crée par Julie Maya Toujan de l’atelier éponyme en 2010, plane sur les jardins de l’Orangerie. « Je fais ma part citoyenne de partage » aussi elle a trouvé juste d’exposer ce symbole ailé. Il doit pépier d’espoir de joie de commencer localement a être enfin entendu…

Colibris tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, fondateur du mouvement : « Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! " Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part".

En aparté, le président de la Métropole, propose à nouveau de prendre directement rendez-vous afin de visiter le monument et ses abords. Un dossier délicat en porte d’entrée de Grenoble. Au dernier JEP, il a dû renoncer, il y avait trop de monde.

Certains nous félicitent, l’association aura mis 17 ans pour avoir l’autorisation d’un raccord au tout-à-l’égout des eaux usées et mettre les normes handicapées pour l’accueil des stagiaires, des artistes. L’année 2018 a été structurante pour notre association culturelle alors optimistes, nous pouvons espérer que l’escargot administratif passe au turbo pour régler des problèmes d’abords du parc du monument récurrents depuis 20 ans ?

Le PLUI en espaces verts semble enfin la solution… A suivre, on n’ose y croire sans aucune concertation avec nous à ce jour. La démocratie participative se fait attendre depuis trente ans...

10 JANVIER 2019

Thermomètre, hygromètre, microscope

Les microscopiques envahisseurs

Journée de pluie-neige, temps maussade, humide, froid, neiges sur les sommets montagneux.

Jef rédige un premier rapport des relevés HYGROMETRE ET DESHUMIDIFICATEUR. (Thermomètre et hygromètre. USB – Infactory. En annexe)

Observation des incidences du déshumidificateur après une semaine de fonctionnement, et d’ensoleillement. Alors que nous parlons, le déshumidificateur affiche 51 RH %, l’humidité remonte car dehors il pleut depuis des heures. Bonne nouvelle, il neige sur les sommets des montagnes environnantes.

Au même moment dans notre chambre, seule pièce chauffée avec notre cuisine et salle de bain (à 12h, notre station météo annonce In 19°C, 0ut 5,8° )

11 JANVIER 2019

Réception Mission étude 18 avril 2018 DRAC, UDAP,DCP

Dans la boite aux lettre, une lettre officielle du ministère de la culture (en annexe).

Signée le 3 janvier par monsieur Michel Prosic, Directeur régional des affaires culturelles de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Vu le Code du patrimoine … ; vu les inspecteurs généraux des monuments historiques ; vu l’ingénieur du patrimoine.

Extrait : Après analyse de l’étude de diagnostic établie par M. Jérome Francou, architecte du patrimoine.

« La maison dénommée aujourd’hui « La Casamaures » appartient à une typologie architecturale particulière, à un double titre. De style orientaliste très affirmé, cette demeure est le témoin spectaculaire et emblématique d’une technique de construction apparue à Grenoble, utilisant le ciment naturel moulé. Cela lui a valu d’être classée au titre des monuments historiques en 1992.

Depuis lors grâce à une propriétaire volontaire, elle a fait l’objet d’importantes campagnes de conservation, restauration et mise en valeur, qu’il s’agit désormais de poursuivre. Tel est l’objet du présent diagnostic, qui en réalité vise à couvrir de manière cohérente trois sujets distincts.

Les plafonds des salon et salle à manger

La restauration en stricte conservation de ces plafonds peints en toile marouflée est dans la continuité des campagnes antérieures et n’appelle pas d’observations particulières. Cependant, l’origine des fissurations pourrait être vérifiée par un sondage complémentaire non destructif dans le plancher (quel lien entre le béton et l’ossature bois ?).

La façade vitrée du jardin d’hiver …9 baies vitrées

La restitution des deux promenoirs

...

De quoi financer encore des années de chantiers pour cette mission d’étude remise en présence de la CRMH conservateur M. Frédéric Henriot.

Je peux rajouter que la Mission d’étude a été rendue le 18 avril 2018. 9 mois après toujours aucun versement de la participation par convention de l’Etat. Pourtant les habitants ont dû avancer toutes les factures acquittées à l’architecte en avril.

Et haut les cœurs, on recommence à avancer toutes les factures des restaurateurs… nous versons une TVA de 10%.

12 JANVIER 2019

Repérage d’un groupe musical Hugo Mandela CARE.

La Casamaures est un décor grandeur nature où des artistes peuvent projeter leur vision du monde sur ce bel écran. Ils arrivent spécialement de Lyon, deux musiciens rappeurs sur des sons mixés de danses brésiliennes. Le jeune réalisateur prend des séries de photos, étonnés des possibilités de mise en scène sur les terrasses, les jardins, les couleurs, les colonnades, l’atmosphère ruiniste des décors intérieurs. C’est étonnant de découvrir les salons, toujours vidés des meubles en attente de la deuxième campagne de chantier début mars. La luminosité est exceptionnelle au travers de tous les vitrages de couleur.

Les voilages des trompe-l’œil photographiques en complicité avec Geo Ichtchenko, ont été réalisé en 2007 sur les nombreuses fenêtres comme protection par rapport aux UV sur les peintures murales. Les personnages costumés sont des figurants de notre association, Ils représentent les trois mariages de Joseph à 29 ans, 48 ans et 73 ans. Des épousailles avec Rosine de 15 ans jeune couturière, Marie Jeanne de 49 ans tenant une boutique de mode place Grenette et enfin Alexandrine de 44 ans lingère, rentière et fin dans la misère.

Les jeunes chanteurs découvrent le grand bocal en libre service de Carambar dans le jardin d’hiver. Les barres de caramel appelées Carambar ont été créées en 1848 contemporaines de la construction de la villa romantique. Nous rions des blagues de bon humeur imprimées dans le papier.

Quel est le comble pour un égyptien ?

D’avoir un papi russe (entre parenthèse ils rajoutent « papyrus », au cas où on ne comprendrait pas l’humour carambar, pas plus stylé que les blagues, les devinettes naïves des papillotes lyonnaises).

13 JANVIER 2019

Des campagnes de chantiers de sauvegarde du patrimoine

Archives de la salle-à-manger, souvenirs des années 1981.

En 1951, l’entreprise de laitage le Bon lait a racheté le terrain de « la Guinguette », (la villa Les Magnolias fut rebaptisée en 1932). Ils ont construit, les entrepôts modernes en contrebas dans l’ancien arboretum en détruisant les arbres et les pièces d’eau. Le directeur avait mis des locataires dans la maison abandonnée. « Ils avaient collé du papier blanc pour faire propre », directement sur les panoramiques en papier peint à la main, m’avait raconté une famille de camionneurs, des locataires témoins de cette étrange époque. Ils m’ont donné des petites photos familiales. Quel dommage qu’aucun livre ne conserve la mémoire de la multitude d’habitants de ces lieux étranges, non conformistes.

De 1965 à 1974, les ouvriers ont dû partir étant donné le non entretien des toitures, le froid, l’eau ruisselait en intérieur à l'étage avec des bassines dans les combles, un état d’insalubrité invivable. Idem pendant les trois premières années de notre arrivée (1984 après une tempête, pose d'un toit en bac acier entreprise de couvreurs: Stephane Carillo).

Des sans-abris, les clochards ont investi les lieux. Selon les voisines, elles disaient que les « voyous, les clodos » venaient se servir sans vergogne dans les maisons ouvrières des années 1930, sur le coteau. J’écrirai mon premier jour dans la belle ruine le 19 mars, souvenirs d’un campement en 1981...

Il aura fallu attendre 2010 pour pouvoir financer les chantiers des décors intérieurs. Bérangère Chaix spécialiste des restaurations de papiers peints dans la salle à manger ornées de lés de nature morte aux fruits exotiques. Claire Letang est intervenue en 2012 dans le salon avec le grand panoramique de la baie de Constantinople et la tour de Léandre, les lés d’oiseaux exotiques sur fond de nature luxuriante, de mirages de palais.

Laure Van Ysendyck est venue en 3 campagnes pour consolider et conserver l’authenticité des peintures murales des deux salons, du vestibule. En 2015, elle s’est occupée patiemment de tout le plafond en toile peinte du vestibule, détérioré par les fameux dégâts des eaux des chantiers de toitures de zinc (pourtant sous le contrôle d'un architecte en chef et d'un ingénieur du patrimoine).

Cette entrée est ornée sur les cloisons de briques de tulipes vertes peintes directement sur du plâtre. L’imaginaire motif représente l’emblème de la Turquie.

    • 2013 mars : Chantier maçonnerie du vestibule - les poutres s'effondrent dangereusement dans la cave, seuils de porte détériorés par le poids et les vibrations au passage des visiteurs vers la salle-à-manger. Romain, Nathanaël, l’entreprise de maçonnerie MRB a enlevé les poutres chironées, des insectes dits xylophages. Ils ont scellé avec précaution des poutrelles et ourdis en coulant une dalle. Toutes les tommettes étaient numérotées par José pour pouvoir reformer un damier d’alternance de calcaire et de porphyre. Elles furent totalement reposées avec les même soins qu’une mosaïque byzantine …

2003: réfection du plancher de la salle à manger (dalle béton MRB )

Pose du parquet de noyer récupéré de l’hôtel des trois Dauphins, parqueteur Idelon).

(Dans mon carnet de chantier, en annexe, tous les chantiers MRB de SMLV. On apprécie d'avoir confiance dans des artisans locaux, aussi ils reviennent au fil des ans et de nos budgets).

14 JANVIER 2019

SOS cadran de l'hopital militaire /CRESSA

Pavillon du cadran solaire de la Tronche

_________

Premier sauvetage en 1988 : chantier de fresque et de restauration gnomonique un été où j’ai dû peindre en deux couches les 365 jours de dates de correction, soit 730 chiffres quelle patience pour sauver la mémoire d’un cadran unique de l’hôpital militaire des troupes de montagne, les diables bleus,(où mon père a été hospitalisé pendant la dernière guerre). Les fuites des gouttières avaient entièrement crevassé la table du cadran en enduit de chaux. Il nous a fallu reconstituer la fresque une restauration lacunaire. Des générations de militaires y ont stationné en convalescence. Il est bien visible, à droite en passant les portes d’entrée gardée du portail de 1810.

J’adore l’humour poétique militaire de la devise :

C’est la bonne heure ci, l’heure aussi du bonheur car tes rayons SOLEIL apaisent la douleur

A la vente du CRESSA, Centre de recherches sur la santé, l’ensemble devait être rasé selon l’avis de l’ancien maire.

Par conséquent l’équipe de l’Atelier Tournesol a pris l’initiative de lancer une pétition signée par  un comité de sauvegarde constitué de responsables de fédérations et d’associations patrimoniales, plus la Société d’Astronomie Française. Encore une lutte d’idée sur la place de l’art, du patrimoine dans notre société. C’était en 2013.

Au changement suivant de municipalité, un changement d’urbanisme et de promoteurs enchaina sur une telle mane d’hectares se libérant en centre ville. Finalement la décision fut votée de garder tout le pavillon administratif en le dénommant « le cadran solaire ». Une victoire et un hommage à l’astronome Auguste Prim qui l’a calculé en 1929. Il avait été repeint en 1955 par un militaire bien patient, (double dates peinte au cœur du cadran, à la base du style barre métallique de l’aiguille fixe du cadran).

Scandale ces dernières années, sans entretien le lierre repousse et dégrade la peinture murale. Sentinelles du patrimoine, il nous faut inlassablement remonter au créneau et alerter les responsables. Pour la troisième fois, l’atelier tournesol communique sur le paradoxe d’appeler un pavillon communal " le cadran solaire" et sous les yeux de tous, « ils » le laissent se dégrader par l’envahissant lierre.

Je renvois des mails au maire de La Tronche et à la Métropole

« En 2019, nous redemandons un RV avec des responsables du dossier de réutilisation de l’ancien hôpital militaire de la Tronche. Devant le cadran solaire de 1929, dont l’Atelier Tournesol a réalisé le chantier de restauration en 1988, puis sa sauvegarde en 2013. Suite aux téléphones d’alerte à l’envahissement du lierre en 2018.

Ce 11.01.2019: nous avons constaté la coupe du lierre en partie basse, merci pour ce premier geste de sauvegarde du patrimoine

(Attention de ne pas arracher les brins de lierre aux pattes d'attaches sur la peinture murale, (la fresque: chaux et pigment naturel, partirait par plaque à l’arrachage), cela se réalise avec précaution au scalpel par un restaurateur de peinture murale.

A très bientôt j’espère pour discuter de sa conservation et valorisation. Cordiales salutations Atelier Tournesol "

15 JANVIER 2019

Cimetière St-Roch. Chapelle Cochard

Le circuit de la vie méconnue d’un grenoblois né en 1803, part de la place grenette, boutique mode de Jeanne Marie et son appartement sur le fontaine Lavalette, pour construire à partir de 1855,  la villa mauresque sur les contreforts de la Bastille où vivent les jardins du quartier du « Petit Nice ». Ruiné en 1878, Joseph Jullien (enfant naturel de Mélanie Jullien) qui a repris le nom de son père présumé Cochard, doit revendre tous ses biens. Avec sa troisième femme, Joseph a été locataire de meublés à l’Ile verte, pour finir misérable à 83 ans case 129. Sa dernière femme Alexandrine est décédée à Paris dix ans plus tard dans la misère, avec son fils Eugène Louis Primat, courtier en vélocipédes. Donc aucun descendant n’entretient cette chapelle construite en pierres de l’Echaillon en 1847. Ses deux premières femmes y sont enterrées : Rosine et Jeanne Marie

Remarque, elle est accolée à celle de son père Jean Baptiste Cochard. Tout un roman qu’il faudrait écrire avec les recherches d’archives de Denis Guignier.

15 janvier matin : RV au cimetière St Roch avec DCP

Achat de xylophène pour en mettre dans 8 bocaux sous chaque pied des deux Prie-Dieux. Un geste d’entretien qui manifestement est efficace pour le bois gorgé d’humidité sur le sol. L’imprégnation monte par capillarité dans les pieds de bois, une lutte anti-insectes que j’ai maintes fois dû réaliser. Il est rare de découvrir du mobilier d’origine dans une chapelle.

La chapelle de Joseph Jullien Cochard 1803.1886 était ornée de cadres et couronnes de perles qui ont malheureusement disparus, reste les crochets d’attache, l’emplacement d’un cadre. Sur l’autel un Saint Joseph et un médaillon concession perpétuelle.

A la ville de Grenoble d’entretenir ce lieu de mémoire comme le prouve les archives en annexe de mon livre de chantier, et du dossier remis à la DCP.

Depuis 38 ans, les petits gestes d’arrachage du lierre, ou de chantier avec José le portugais maçon de MRB sur les fentes du toit continuent dans l’anonymat.

Le projet est de restituer le vitrail en forme de croix trilobée. J’en avais récolté des fragments au sol. L’atelier Montfollet a fait un devis de 1200 €. La Direction de la culture et du patrimoine suit le dossier, aurons-nous l’appui du département de l’Isère pour le financer ?

J’ai aussi informé la directrice des cimetières et l’élue du patrimoine en 2018.

Bien sur les actualités circulent auprès de notre association ainsi qu’aux responsables en charge du patrimoine du cimetière Saint-Roch. Suspens, réussirons-nous a budgétiser et redonner de la lumière dans la chapelle case 129 du cimetière, rue du souvenir ?

Lundi 21 RV 11h: devis Billon pour restauration de l’autel, devis maçonnerie à l’arrière entre le mur du souvenir et la tombe.

Projet de chantier pour "le printemps des cimetières" le 18 et 19 mai. A suivre…

16 JANVIER 2019

Moisissures sous microscope

Localisation des 5 prélèvements. Essai de microscope camera

Surprise dans une boite de prélèvement tapissée d’agar aga, 5 champignons se nourrissent, des halos aux filaments blanc, bleu, noir, gris… un microcosme qui j’avoue est très séduisant lorsque mon œil scrute au microscope leur graphisme.

Expédition fac pharmacie Mireille, Criss et Anne pharmacienne en scooter. Dans le labo Bello et Luce les spécialistes des moisissures nous expliquent et font voir les résultats des cultures sous un microscope. C’est beau cet univers infiniment petit, mais il peut être destructeur des peintures sur papier, des œuvres uniques si difficilement conservées ces dernières années.

J’en ressors attristée, quels soucis toutes les combles doivent être humidifié par la condensation en toit de zinc… Il nous faudrait des spécialistes, hélas nous n’avons pas encore de retour des laboratoires des monuments historiques. Lors de la visite de chantier du 12 décembre en présence de l’ingénieur du patrimoine DRAC et l’architecte du patrimoine, ils ont observé la menace noire citée par le constat de Laure. (Le devis de l’architecte est pour suivre le chantier des plafonds peints, 10cm plus haut, pas de réaction à ce jour). Déshumidificateur, huile essentielle dans la pièce mais on ne touche surtout pas au papier qui se décolle en partie haute. Toc avec l’index pour sonder les creux sur la peinture murale sur l’imposte. L’enduit de plâtre se désolidarise partiellement de la structure de bois, châssis de la porte. L’humidité est bien descendue des comble, l’étage des chambres et plus bas, hélas le salon.

L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible. » Paul Klee

Pour nous, l’attaque des champignons sur les peintures rend visible les dysfonctionnements de l’architecture, sa ventilation, la condensation sous le toit de zinc, les infiltrations lors des derniers chantiers pourtant sous contrôle MH. On essaye de s’en amuser « C’est la tuile pour une maison qui n’en a pas ! »

17 JANVIER 2019

Relevé de façade Tillier

Ce blog zappe sur des anecdotes journalières dans des lieux chargés d’histoires, certains demandent par mail le Fil RSS pour suivre l’épopée de chaque jour, en profitant de dire leur premier bonjour comme Elisabeth l’historienne du bleu. Les questions par mail, m’encouragent à continuer ce blog. Un jour, on éditera peut-être le carnet de bord bien plus complet comme un témoignage d’engagements vécus et les questions sur l’avenir du passé proche avec mes photos et chroniques et sans autocensure.

Mail de décembre du conservateur du Musée des papiers peints de Rixheim

" C’est avec peine que j’ai découvert le dossier que vous m’avez envoyé. Je me souviens bien de nos contacts et de la restauration de 2010.

Les infiltrations, et les moisissures qui en découlent, sont parmi les pires ennemis du papier peint, les altérations sont le plus souvent irréversibles. Comme vous devez le savoir, il est primordial de traiter d’abord la cause, les infiltrations, avant d’entreprendre des travaux sur les effets, les moisissures. Le seul conseil que je pourrai vous donner est de ne pas hésiter, même si le processus peut paraître radical, la solution passe souvent par le démontage d’une partie des décors sur papier. Ce démontage permet de traiter en atelier dans les meilleures conditions les altérations et de choisir une solution de remontage adaptée aux risques inhérents au bâtiment.  Février.  Il faut vous appuyer sur des restaurateurs expérimentés, Bérengère étant partie en retraite, je ne saurais pas vous communiquer de nom en Rhône-Alpes. 

A Gap, Mme Dominique Luquet a eu une expérience assez similaire sur un chantier à côté d’Avignon, explosion d’un ballon d’eau chaude et développement de moisissures sur des panoramiques après une restauration. Il serait peut-être intéressant de la contacter si vous ne la connaissez pas..."

Je connais bien sa voix au répondeur. Aujourd'hui, elle arrête sa voiture et me réponds avec précision sur son dossier d’un hôtel particulier à Avignon, aux papiers peints classés. Dès la fuite d’eau réparée, l’espace bien aéré, ventilé, elle a pu aspirer les moisissures desséchées sur les parois peintes….  Elle passera un jour pour le plaisir de voir des décors peints du XIXe. Le style orientaliste en architecture et en décors intérieur est tellement rare, il y a eu beaucoup de destruction après l'engouement pour l'exotisme sous Napoléon III, la décolonisation de l'aprés-guerre reveille des mémoires encore douloureuses. que de destruction il en reste sur la cote d'azur , les villes d'eaux... (voir le livrre l'Europe exotique de Nadine Beauthéac).

18 JANVIER 2019

La collecte continue par dons, (les attestations de réductions 66% aux impôts sont fournies par Hello asso)

Les mails renvoient la synthèse du financement participatif

En avril 2018, il y a eu le rendu de la mission obligatoire d’étude de M. Francou

Et de plus, le budget de sauvegarde de 2 peintures de plafonds, (restaurateurs + architecte)

Après la première tranche du 10 au 20 décembre, une deuxième campagne de chantier du 3 au 15 mars. Tous les généreux donateurs seront invités pour une rencontre privilégiée avec l‘équipe de la restauratrice de Laure Van Ysendyck

SAMEDI 9 mars ou le 15 MARS, à partir de 16H avec un gouter, gâteaux partagés,

ainsi les amis de la Casamaures seront les premiers à pouvoir observer les peintures avec des restaurations lacunaires, les fissures dans le plâtre bien consolidées!

Père & Mère Noël , 30 contributeurs pour aider à restaurer les peintures fissurées des plafonds des salons sous lesquels passent les visiteurs du monument. Les honorables donateurs: Ali & Christine. Anne M. Anne B. Antoine. Chrystelle. Colette. Denis. Didier. Ekaterina & Marat. Geneviève & Johann & Aurélien. Henri. Jacque M.  Janine  Luce & Jacques B. JF. Laurence. Marie-Hélène. Mélanie. Mireille. Sattisvar & Jeanne. Sylvain. Sylvie. Katerine & Marat, Anne & Pierre, Geo & Fabienne... On prépare une plaque de remerciements à imprimer.

Des photographes prennent des photos, Geo, Jacques-Marie, Gilles clip…

Une occasion de découvrir les détails sur les décors des salons, les paysages des panoramiques sur papier peints. On collecte les photos… en profitant que tous les meubles sont en travaux d’entretien dans le jardin d’hiver… voir à nu les pièces sans tapis, ni voilage… avec la lumière insolite des vitraux vert ou rouge du soleil couchant.

C’est lourd, usant de porter un tel projet chronophage, mais les récompenses imprévues sont des rencontres avec de belles personnes, des surprises insolites comme «  Les tribulations du patrimoine »  disait Jean-Claude Galotta en filmant ses danseurs.

Quelques 2600 personnes ont passés le portail bleu d'entrée en 2018,  la moitié gratuitement à l’orangerie et les visiteurs du parcours guidé ont ensuite levé la tête sur les plafonds... Gageons que ce  chantier fera taire les critiques sur les fissures, 37 ans de patience!  "Merci de tout cœur de m’encourager en tant que porte-parole de la maisonnée" dit La Dame de la Casamaures.

19 JANVIER 2019

Maison d’édition

Alain Tillier, ACMH 2009. Coupe du monument

* Dans la boite aux lettres, cent pages annotées du témoignage collecté par Marie-Christine Wolfrom, ses questions et mes réponses sur le livre « La Dame de la Casamaures » . Les enfants m’appellent ainsi ou parfois la Dame Bleue…

Avant d'être maquetté, il manque encore un édito d'Anne et des photos avec toutes les photos d’archives que j’ai sélectionné. Peut-être ce livre commencé en 2016 pour : les 30 ans de classement, 30 ans de l’association la Casamaures d’hier et d’aujourd’hui et 30 ans de la fondation de l’association Atelier Tournesol, va-t’il enfin être imprimé sur papier ou alors mis en page sur le net pour les lecteurs internautes ? La petite maison d’édition Casamaures, Jaky, Jef hésitent sur quel support diffuser cette année cette mémoire d’histoires volontairement  personnalisée, incarnée par la maitre d'ouvrage. Il retrace l’épopée de la sauvegarde d’une belle ruine devenue un monument historique emblématique en Isère. Notre vie de porteur de projets n’a pas changé ces décennies. On vit toujours dans trois pièces chauffées l’hiver, ayant chaque jour un travail de factotum et de contacts, un secrétariat sur mac qui prends des heures, une même volonté de faire bouger l’inertie locale pour sauver et réhabiliter les abords du monument, sachant combien nous sommes de passeurs d’histoires, vulnérables au corps cassé certes mais à la vision claire des pouvoirs de création, des liens du patrimoine. On reçoit des chibanis tout comme des fonctionnaires, des personnalités du monde culturel, des seniors et des juniors, la transmission est tout un programme, une volonté de diffuser la culture pour tous.

La Maison d’édition a d’autres projets de livres sur :

  • Une création architecturale du XIXe et des chantiers avec les beaux plans de M. Francou, des photos, des panoramiques
  • Le temps solaire calculé pour la muse Casamaures, les 13 créations de cadrans de l’Atelier Tournesol, le méridien dans les jardins de l’Orangerie.
  • Paysages Casamaures, photographies de JM Francillon
  • Casamaures - Fortifications - Esplanade, photos de Fabienne et Geo Ichtchenko
  • Criss créations; installations dans les jardins 13 cadrans et des sculptures d’or gris

20 JANVIER 2019

Im Rocaille de faux bois en ciment prompt de jardinier

Quel plaisir d’aller découvrir au cinéma la Vence de Saint-Egrève, la sortie du film de Nils Tavernier réalisateur du biopic « L'Incroyable Histoire du facteur Cheval (1836-1924). Un vrai facteur des postes de la Drôme pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, qui arpentait les collines pour porter le courrier. Trente-deux kilomètres à pieds tous les jours… Ce travailleur marathonien a construit son palais idéal. Il représente un personnage de référence pour moi car il m’a marqué dans l’enfance. Mon père conduisant sa quatre chevaux, nous avait emmené à Hauterives, avant le classement du monument par Malraux en 1968. Un choc face à l’imaginaire édifié à la hauteur d’un palais de rêve, une leçon d’humilité par l’ampleur du travail au quotidien du maçon autodidacte Ferdinand qui s’inspirait d’imagerie de l’orient mythique de déesses étrusques, de palmiers, éléphants, caïmans naïfs transfigurés par celui qui n’avait jamais pu voyager. Le facteur lisait les gazettes d’époque et s’inspiraient de cartes postales. Quelle ténacité et poudre de perlinpinpin pour des châteaux de sable, des palais mirifiques, des illusions d’orient du bord des routes à l’époque de la découverte des temples d’Angkor.

Une leçon de résistance « d’un fou qui entassait d’étranges pierres dans son jardin » disait les villageois. Un doux dingue.

La résistance des Joseph au XIXe

1855- 1878 : Joseph Jullien Cochard achète à 52 ans le terrain de la Guinguette, après 23 ans… Vente ruiné de la "Villa du Pacha"

1879 : Le 19 avril, Joseph Ferdinand Cheval, alors âgé de 43 ans, bute sur « sa pierre d’achoppement » lors de sa tournée de facteur. C’est elle qui déclenchera la construction de son Palais idéal, durant 33 ans sans relâche + 8 ans de rocailles sur la tombe familiale au cimetière.

19 mars 1981, achat à 29 ans de la ruine de la maison bleue, et 38 ans après je galère encore!

Alors Merci de tout cœur de me soutenir le moral encore en 2019…

_____

Le palais mythique de Cheval, parait’il fut dédié à sa fille Alice. Ce taiseux de bâtisseur a modelé comme du pain, des sculptures dans le palais de ses rêves de cailloux, chaux et ciment aux premières armature de fil de fer à béton, l’art des rocailleurs, des grottes de ciment, appliqué au grand format d’un palais belvédère. Il anticipe sur le travail du catalan Gaudi de Barcelone et son parc Guël.

J’aime collecter les devises, les maximes de cadrans solaires ou les carrés magiques, les calligraphies cosmopolites. Ferdinand ce silencieux a gravé ses intimes pensées d'un songe, j'ai sorti la reine du monde. Travail d'un seul homme.

1879-1912 : 10 mille journées, 93 mille heures, 33 ans d'épreuves. Longueur de l'édifice 26 mètres. Largeur 14 mètres. Hauteur 8 à 10 mètres. 3500 sacs de chaux. 1000 m3 de maçonnerie.

Sur le BELVEDERE, une sage devise du cadran solaire tracé sur béton, philosophe « Ce n'est pas le temps qui passe c'est nous.

Il fait même parler sa brouette " Je suis la fidèle compagne du travailleur intelligent qui chaque jour dans sa campagne cherchait son petit contingent ».

Garder un regard d’enfant est un rêve à partager.  PS : Dans le jardin de l’orangerie, je garde aussi les deux premières fidèles brouettes qui ont tellement chargé de matériaux ces décennies. Sur leurs flancs, des inscriptions disparaissent, ce sont des clins d’œil à maître Ferdinand estimé depuis l’enfance. Les rocailles de faux bois en ciment qui bordent la bananeraie, sont aussi en référence à ses jardiniers naïfs qui ornaient les jardins du XIXe. Je n’ai jamais pensé à compter les sacs de ciment prompt que nous passons dans la multitude de chantiers.

21 JANVIER 2019

RV entreprise marbrerie Billon de l’ile verte, 11h à la Chapelle de JJ Cochard, St-Roch

Im tombe JJCochard. Im Initiales JR.

RV Entreprise marbrerie Billon de l’Ile verte, 11h à la Chapelle de JJ Cochard, St-Roch

L’autel est gravement fissuré par les infiltrations d’eau par la fenêtre en forme de croix trilobée. Nous avons occulté provisoirement l’accès de la pluie, neige et le gel, une prévention provisoire d’Anne Brugirard en novembre. Il faut trouver les financements pour le devis de l’Atelier Montfollet, pour pouvoir organiser au printemps un chantier et restituer le vitrail.

Monsieur Salvatore Drogo est désolé pour le chantier de consolidation de l’autel tellement fissuré. Il  consultera aussi Remy Combaz sculpteur à son compte.

Ils ne peuvent identifier la pierre de l’autel, ce n’est pas du Comblanchin, ni du marbre de l’Echaillon ou du bleu de Savoie. A bien regarder et c’est une découverte, cela ressemble plutôt à un autel en ciment moulé, avec un badigeon de chaux blanche sur l’épiderme, recouvrant un mortier de ciment noir ? Cette couleur anthracite rappelle bien sur les roches à ciment provenant des galeries de ciment naturel prompt à la porte de France, bizarre technique, jamais observée…A suivre

Avec Jacques Mollard, ancien responsable avant M. Rippert et l’actuel M. Papagano, nous discutons techniques, matériaux. Il y a aussi un travail d’étanchéité de maçonnerie entre la chapelle et le mur de la rue du Souvenir. Le tassement de la neige, les infiltrations d’eau aggravent les fissures de cette chapelle bâtie en 1847. Nous observons aussi les détails de la serrurerie. J’en profite pour nettoyer et mettre du dégrippant sur les paumelles rouillées. Le petit couteau sectionne encore des tiges de lierre à leur base.

Le lierre symbolise la fidélité (il ne lâche pas facilement les objets sur lesquels il grimpe) et la vie éternelle (car la plante reste toujours verte). Dans l'Égypte ancienne, le lierre était dédié à Osiris, symbole de l'immortalité.

30 mai 1832 : première femme Rosine Marie Germain (couturière )

(22.3.1817 - 20.3.1846). Elle a 15 ans et lui 29 ans. Elle meurt à 29 ans sur la serrurerie de la porte d’entrée, on découvre le R enlacé au J. Au fronton, une cartouche en pierre de taille immortalise leurs initiales. Palais d’amour, en intérieur son épitaphe est émouvante

"Elle est là qui attend son époux, et sa mère et son père repose près d'elle"

La chapelle Joseph a fait bâtir pour Rosine n’est pas le Taj Mahal de Jaipur, mais bien modestement, c’est un bel ouvrage de l’époque qui mérite à sa juste mesure d’être protégé. Il fait partie des 800 tombes remarquables inventoriées par la DCP.

Observez les gilles, de même facture que les premières grilles en entrée du cimetière de 1810, cela devait être le même artisan grenoblois qui a monté des éléments de série manufacturé.

In memoriam Comte de Paris A partir d’aujourd’hui, il y a 3 candidats au trône de France.

De retour dans la voiture j’apprends, par les commentateurs radios, le décès de celui qui m’a fait un baise-main élégant en commençant cérémonieusement une visite atypique en 1988. Le comte Henri d’Orléans, (né au manoir d’Anjou en Belgique, 14 juin 1933 est décédé ce 21 janvier 2019).

Membre de la branche aînée de la maison d'Orléans, on peut également dire qu'il était un immigré célèbre dont la famille fut bannie de notre ex-royaume. Il a été élevé à l’étranger et sa culture, notamment du mouvement de l’orientalisme, l’avait motivé en demandant un rendez-vous de visite guidé du monument français paradoxal avec ses ornementations de style mauresque. En plein chantier, ce fut une visite mémorable avec sa compagne Micaela Ana Maria Cousino, princesse de Joinville accompagnés d’une petite cour, surmontant tous de bonne humeur le grand froid alpin. Henri d'Orléans portait le titre de courtoisie de comte de Paris. Le. prétendant orléaniste au trône de France portait les Armes de France (« d’azur à trois fleurs de lis d’or »).

De nos jours en République, fier de la laïcité, on peut aussi être touché par le charisme d’un humaniste aux yeux bleus, très compréhensif de notre lutte bien inégale pour sauver un chef-d’œuvre d’artisans grenoblois. En présence du maire, M. Bernard Cornu nous parlions du style arabisant qui dérange encore certains car « la Casamaures n’est pas porteuse électoralement », c’est vrai messieurs les élus, vous le pensez toujours ?

22 JANVIER 2019

Le roman de Joseph avec Mélanie, Rosine, Jeanne Marie, Alexandrine

Im détail des inscriptions qui disparaissent à vue d’œil

3h36 : la lune s’est parée de rouge. Alignement parfait : SOLEIL, l’ombre de la TERRE, LUNE pour former une éclipse totale de lune, comme ils devaient avoir peur au moyen âge. Prochain RV en JUILLET 2019.

En cette période nous faisons des efforts pour convaincre les institutions de nous aider à sauvegarder la mémoire du bâtisseur le sieur Joseph Jullien Cochard. Sa vie est un véritable roman en 83 ans. Ce grenoblois vécu avec trois femmes officielles.

- Joseph Jullien dit Cochard (2.2.1803 - 13.12.1886)

Au cimetière Saint Roch de Grenoble, la concession est achetée en 1847, (après la mort de Rosine).

Case 129, mitoyenne de la tombe de son père présumé Jean Baptiste Cochard.

Joseph est un enfant de l’amour, né d’une fille mère, Mélanie Jullien, couturière, fille d'un éperonnier, André Jullien habitant 4 rue Créqui.  (7.1.1778-12.6.1841). La mère Mélanie est morte à 65 ans avec un certificat d'indigence, enterrée dans la fosse commune.

Trois mariages et un enterrement pauvre à 83 ans.

Premier mariage avec Rosine, après 13 ans de vie commune, sans enfant, elle est mise à l’honneur dans les ornements de ferronnerie et en blason de ses initiales enlacée JR Joseph & Rosine.

Deuxième mariage avec une « couturière », une « marchande de nouveautés » : boutique MODE place Grenette. Deux fois veuf. Aucun descendant officiel. Cet homme du peuple n'était pas choqué par les différences d'âge avec ses femmes : 14 ans d'écart, 3 ans de moins avec sa cousine et en fin de vie 35 ans plus âgé qu'Alexandrine, lingère. 

Enfant naturel autodidacte, JJC se déclara rentier à 52 ans. A partir du 27 janvier 1855, il construit son domaine, sa villa de style néo-moresque avec sa deuxième femme sur le terrain de la Guinguette bordé par l'Isère, a flanc de coteau du Mont Jalla

11 avril 1849, sa deuxième épouse Jeanne Marie Laverrière dite Jeannette Laverrière

(12 Germinal An VIII-2 avril 1800- 1.1.1873) a 49 ans et lui 43 ans

Marchande de nouveauté dans la boutique "Mode" au 12 place Grenette. Leur appartement est au 4 place Grenette ; les fenêtres donnant sur la fontaine Lavalette et de l’autre coté, sur le jardin de ville. Ils ont des biens immobiliers.

En 1855, à 51 ans, il achète le terrain de 25 ares avec jardin, treilles, terrasse contre 14 000f. Im gravure Jeanne Marie a sa boutique Mode N°4 et N° 12 appartement place Grenette.

Il se ruine en 23 ans. Avec sa troisième femme, Alexandrine, lingère, il revend en 1878.

Joseph meurt pauvre, désargenté, en location à l’Ile verte. Alexandrine se suicide avec son fils Louis Eugène dans la misère, à Paris avec son fils ainé Louis Eugène Primat, courtier en vélocipèdes. 1896, ils choisissent de mourir dix ans plus tard, dans la pire misère.

Remarque : notez sur les inscriptions dans la tombe sa date de décès n’a pas pu être peinte. L’inscription est en graphite, par manque de finance de sa troisième femme pour payer le graveur ? L’autel est en piteux état, fissuré des parties s’effritent ces dernières années. Le bas, où les dates de décès de JJCochard sont inscrire au crayon, tombe en brisures. Hélas…

23 JANVIER 2019

Im neige sur tapis volant sur la terrasse…

Après le grand soleil d’hier favorable pour la photogénique Casamaures, l’enveloppe blanche de la neige œuvre en silence pour estomper le bleu des façades. Une apnée hivernale où je sors mon tapis volant pour m’amuser du paradoxe de l’orient sous la neige. A midi des photos rigolotes au fil des ans, mes cheveux blancs illustrent le côté déraisonnable de cette épopée Casamaures.

Archives de splendeur et décadence

Avec sa troisième femme, Alexandrine, lingère, fille mère, deux ans après leur mariage, Joseph doit revendre la villa en 1878, à son créancier le docteur Henri Minder, médecin légiste de la commune. Il vends tous autres ses biens, l'appartement place Grenette et des écuries.  Joseph meurt pauvre, désargenté, en location à l’Ile verte.

Dix ans plus tard à Paris, Alexandrine meurt tragiquement avec son fils Louis Eugène Primat.

Remarque : notez sur les inscriptions sur l'autel, la date de décès de Joseph n’a pas pu être peinte. L’inscription est en graphite, par manque de finance de sa troisième femme pour payer le graveur ?  L’autel est en piteux état, fissuré des parties s’effritent suite aux non-entretien des infiltrations d'eau. Le bas, où les dates de décès de JJCochard sont inscrire au crayon, tombe en brisures. Hélas…

- Aujourd’hui, téléphone de la directrice des cimetières de Grenoble, pour notre demande d’autorisation, « délégation de faire les travaux à l’association patrimoniale Casamaures», sur une tombe en concession perpétuelle de la ville. Ce document permettra au dossier d’être complet pour une aide à la sauvegarde du petit patrimoine du  département de l’Isère. Rares sont les chapelles ayant des vitraux ornés de grisailles selon l’inventaire en Isère. Rarissime est cet autel de 1847. De la pierre lignière ou un moulage imitation marbre blanc? à mieux identifier car sous sa poussière centenaire grisée, de prime abord, on aurait pu le prendre pour de la pierre de l’Echaillon.

Je scanne le formulaire de déclaration de travaux vitrail ATELIER MONTFOLLET

- Téléphone sympathique avec le sculpteur Rémy Combaz. RV Début février, pour identifier le support de l’autel, nous irons le revoir de très près. Le mystère continue.

Il faudrait aussi retourner aux archives, ville de Grenoble, car Dame Marie Jeanne la modiste, avait aussi donné de l'argent pour l'entretien du monument funéraire.

24 JANVIER 2019

Visites département de Savoie, un car

Peu de personnes savent que le classement ne nous oblige pas à ouvrir au public le monument Historique.

Pourtant les bénévoles de l’association accueillent un parcours guidé et des expositions, chaque premier samedi du mois. De plus, pour les groupes, associations, familles, nous organisons à la demande des rendez-vous personnalisés comme ce car de fonctionnaires venus de Savoie.

----------------------------

ARCG : Visite grand groupe d’anciens fonctionnaires du département de Savoie

Quelle témérité de venir sous la neige. Impossible de les décommander en parlant de météo, d’intempéries, Ils ont vu l’a rediffusion « Des racines et des ailes », au fil de l’Isère. C’était décidé ils avaient tous envie de partir en orient en ce début d’année. Le matin, au musée de peinture, visite guidée de l’exposition des serviteurs des Dieux en Egypte et l’après-midi dans notre chantier du patrimoine.

Aie il neige…, On doit balayer dans les escaliers, les terrasses, la treille de passiflore, c’est magnifique comme paysage dans un cocon de neige. Le jardin se masque de blanc. Les sculptures, les mains, les bustes ont des chapeaux de cristaux de neige, quels impertinents toupets de glace. Une version de l’orient alpin éphémère, les sourires des visiteurs sont une récompense indiscutable pour ceux qui osent braver le froid dans l’orient alpin, pour Mireille, Denis, Thibault étudiant qui découvre le métier de médiateur du patrimoine.

Ces activités associatives ont permis grâce au bénévolat, d’autofinancer l’aménagement des espaces des jardins de l’Orangerie, des bancs, des rocailles. On est fier d’avoir pu financer le chantier de mars dernier, la création de l’auvent de serrurerie GUILLOT sur l’abri de jardin qui sert pendant les stages.

(En 1993, Pierre héritier de trois générations de savoir-faire de serrurier, avait déjà réalisé la grande porte aux étoiles, au n°13 bis rue de la Résistance. Un tracé régulateur qui forme dans le vide des motifs de polygones étoilés, étoiles à 8 branches).

_________________

* Jeudi 24 février, au palais du parlement, dans l’ancien tribunal, place St-André, à 19h

DCP une conférence de l’amie historienne Anne Cayole Gerin

« Le patrimoine ne s’arrête pas qu’aux grands édifices. L’habitat des morts est à la fois un élément du paysage, un lieu public, un effet de notre histoire et un lieu d’art. Ce sera l’occasion d’échanger sur l’intérêt d’inventorier les cimetières et les tombes. Décors, matériaux, évolution, mais aussi entretien ou remploi, le dialogue est ouvert".

Oratoires, bacs à fleurs de ciment, les grilles, les accessoires de tous styles, les portraits, les dédicaces, une brillante présentation de l’art populaire qui célèbre les regrets éternels dans les familles des cimetières du voironnais.

---------------------------

METROPOLE : Mail à Messieurs Christophe Ferrari, président, M. Michel Papaud, DGS

Nos objectifs de valorisation des abords continuent.

Il aura fallu 17 ans pour avoir l’autorisation du raccord aux eaux usées demandé aux élus de Saint-Martin-le-Vinoux dès 2000 mis aux normes européennes obligatoires, puis à la Métropole. Quelle patience et impatiences pour mettre en conformité les normes handicapés légales ( passible d’amendes de 45 000€ pour l’association dossier ADap).

2016. 2017. 2018, en trois tranches de chantiers obligatoires :

  • premièrement construction de l’abri de jardin et des arrivées d’eau des sanitaires,
  • deuxièmement les canalisations et la planéité 500m2 de gravillons du chemin d’accès sur 100m de long.
  • enfin, l’auvent en serrurerie qui sert à se mettre à l’abri de la pluie et du soleil pendant les ateliers de stages en mars 2018.

Quels efforts avec un premier financement associatif partiel HelloAsso.

25 JANVIER 2019

LE SIEUR JOSEPH JULLIEN COCHARD

Oratoire de du sieur Joseph

Mon voisin m’écrit : « le monde matériel c'est pas ma tasse de thé...

Mais comme dit Woody Allen, c'est le seul endroit où on peut manger un bon steack ! »

De conserver des témoignages dans ce carnet de chantier, en extraire les chroniques du blog, me fait réactive des souvenirs, des archives de la Casamaures et les multiples personnages qui lui ont donné vie.

Le sieur Joseph JULLIEN est né le 13 PLUVIOSE AN XI (2/2/1803) à Grenoble.

Joseph JULLIEN porte dès son premier mariage le nom Cochard, (il signe d'abord Joseph JULLIEN-COCHARD puis tout simplement COCHARD), ce qui nous laisse penser que son père avait comme patronyme COCHARD .

* Pour accréditer cette hypothèse, nous citerons la présence, dans les témoins du second mariage, de Charles MICHAUD, docteur médecin, lui-même marié à une fille COCHARD (Marie, Rose, Endoxie COCHARD, née le 12/11/1806 à GRENOBLE, fille de Jean Baptiste COCHARD, négociant, rentier à GRENOBLE et de Rose BRUN, cette dernière est née à QUAIX-EN-CHARTREUSE, sœur du général baron d'empire Jean Antoine BRUN.Marie est décédée en 1846 comme Rosine Jullien Cochard, leurs tombes se côtoient au fil des siècles.   A cette époque, l'écriture des identités étaient fluctuantes au gré des alliances, ce qui est inimaginable de nos jours aux cartes d’identité normalisées et photos quasi anthropométriques.

Nous n’avons pas de portrait de Joseph, ni de tableau seulement une caricature du Pacha par Victor Sappey.

Aucun portrait de ses trois femmes, les mystérieuses inconnues ROSINE, JEANNE MARIE et ALEXANDRINE. Alors pour orner le jardin d’hiver dépouillé, je rachète des portraits d’une imaginaire galerie de portraits de famille.

Des voilages devant les fenêtres des pièces retracent les mariages de Joseph, grâce à la figuration en costumes des gens de la Casamaures, ces amis fidèles qui soutiennent les utopies.

Des petites photos données retracent les passages d’une multitude de locataires. La maisonnée est habitée.

26 JANVIER 2019

Vœux deux- zéro- un- neuf l’an neuf

Dans une même journée se télescopent le passé et le présent, nous continuons de recevoir des mails de sympathie et d’humour de l’an 2019, ainsi que des cartes de vœux amicales, d’artisans, architectes amis.

Un cadeau de complicité amicale de Marlène et Françoise (des ateliers créatifs sous le grand magnolia grandiflora) diffuse le subtil parfum d’un pot de jacinthes offert ces premiers jours de janvier pour nous maintenir un moral en beauté en 2019. Dans le salon, les fleurs blanches viennent de fleurir si odorantes. « C’est une curieuse maison de femmes » remarque un grand homme, un fonctionnaire senior manifestement sensible aux parfums dans le salon. Ensuite nous échangeons sur l’actualité de « la France d’en bas » au cœur des débats chaque samedi des insoumis gilets jaunes qui manifestent à grands cris en défiant les autorisations préfectorales.

 

Vœux de BAOBAB

Ces chirurgiens arboricoles s’accrochent de branches en branches, ils allègent le poids de l’arbre centenaire. Ils taillent les branches mortes avec leurs baudriers voltigeant dans le Magnolia grandiflora, ce grand arbre survivant des explosions des deux dernières guerres, des feux des clochards de 1965 à 1874. Une décennie de dégâts dans les jardins ou en intérieur dans les décors peints, les planchers et menuiseries brulées.

Nous faisons des cataplasmes d’argile pour le soigner au printemps, ainsi les bourrelets cicatriciels se referment.

Patrimoine architectural et patrimoine végétal sont étroitement mixés dans ce que l’on appelle une « folie architecturale » « de folium » qui signifie feuillage. Une maison exotique dans un écrin de verdure, un arboretum. Malheureusement depuis 33 ans le classement, nous attendons le bon vouloir des institutions pour valoriser les abords, réhabiliter l’espace vert aux portes de Grenoble.

Lorsque j’étais étudiante aux Beaux-arts 1973, nous osions passer la porte interdite afin de découvrir un monde d’illusion, une mise en scène de palais d’orient. Il y avait encore l’ombrage des trois magnolias sur la terrasse. 

1997 : M. François Botton, ACMH en a fait couper deux qui fissuraient et faisaient tomber irréversiblement la terrasse, les fondations avec leurs racines qui passent sous la maison.

Le survivant végétal est choyé par Baobad. Ils l’ont rabaissé de 10 mètres de hauteur lors des travaux pour la prise au vent sur le jardin d’hiver. En prévention contre les tempêtes, ils ont posé des cordages pour limiter l’emprise au vent des branches charpentières issues du tronc bifide de 160 ans.

En juin, les grandes fleurs blanches parfument la terrasse, sommes-nous tous des romantiques ?

Lorsque l’on apprend que la fleur de magnolia symbolise l’amour, il y a de la passion dans les yeux…

Aujourd’hui l’arbre aux palabres dépasse de nouveau la terrasse haute jusqu’à la crête du jardin d’hiver, à 15 m de haut. Engrais, arrosage l’été et peut-être les encouragements oraux de tous ces visiteurs qui s’exclament en levant la tête : Boudiou, UN ARBRE REMARQUABLE DE FRANCE !  Un label décerné en 2007 par l’association nationale : ARBRES, monsieur Feterman. Il tourne actuellement un film pour faire bouger les lois de protection de ce patrimoine naturel.

Notre première rencontre était autour de l’immense Tilleul de Réaumont de 6 siècles. A cette époque nous tentions de sauver sur notre commune le tilleul de Sully de 4 siècles, témoin historique d’Henry IV.  (Sully, premier ministre écologique de France fit planter tant d’arbres au XVIe. Le grand voyer de France fit planter des tilleuls ou des ormes dans les villages). Notre tilleul de Sully, le plus ancien arbre de Chartreuse, fut coupé sur ordre de la municipalité, selon parait-il les principes de sécurité. Un arbre ancien peut tomber sous la tempête vraiment. Un principe de précaution qui permet de faire table rase du passé, de l'identité locale.  Or le tilleul historique tenait fermement enraciné sur le rocher. Son ombrage protégeait le proche cimetière avec une croix de procession.

Cf Des postillons râleurs du voisinage: "Comme disait ma grand-mère “Les tilleuls-menthe, les élus aussi"

In Memoriam, il ne reste que des sculptures en bois de 4 siècles, hommage de Joël.

27 JANVIER 2019

Au coeur du cadran des Cours

27 janvier 1855, anniversaire de 164 ans, achat du terrain de LA GUINGUETTE

Cet acte fondateur permettra de planter un écrin de verdure en édifiant sur les deux terrasses, un palais de rêve d’amour et d’Orient par le sieur Joseph Jullien Cochard en compagnie de sa deuxième femme Jeanne Marie.

En passant au col du Lautaret, une escapade au cadran solaire du hameau aux Cours, à Villars d’Arêne. Une création de l’Atelier Tournesol dédiée de tout cœur à Myriam et Michel. Déception des ignares ont frappé violemment sur le style, déréglant sa précision. Quel dommage pour l’horloger du soleil, ce vandalisme méprise le temps d’élaboration de tous les calculs gnomoniques. Quant à la peinture murale, cette fresque sur enduit de chaux résiste aux intempéries d'altitude, au gel, avec son cadre de fausses pierres peintes.

Pendant le chantier estival, les parents étaient sortis observer l’ombre du style qui toute la journée suivait avec précision un arc diurne. On les a averti que ce jour précis, ils pouvaient aussi sortir la bouteille de champagne.

Effectivement c’était le jour de leur mariage.

On a rajouté joyeusement les initiales de Colas, Maris, Mathieu et Luc. Aujourd’hui ils ont une descendance trop nombreuse pour inscrire toutes les initiales…

En bas du cadran cette ligne dédiée à une famille est située juste sous une autre ligne bleue traversant en forme de flèche qui représente la ligne de l’équinoxe. En effet le cadran indique les heures d’une journée mais aussi les saisons, donc on peut dessiner des dates précises.

Le cadran peut-être aussi un calendrier qui rappelle des anniversaires de naissance, de mariage ou les dates des grandes batailles victorieuses de Louis XIV comme le père Bonfa l’a peint sur le cadran monumental du lycée Stendhal de Grenoble.

28 JANVIER 2019

Sans toit ni loi

Toit démontage de l’échafaudage.

Toits sous les bâches 2015 la grande galère

Toujours pas de rapport d’analyse des nocifs champignons noirs : ni de la fac de pharmacie, ni des laboratoires CRMH.  Rachat d’un deuxième déshumidificateur un à l’étage, un autre dans salon. La lutte contre l’humidité hivernale continue.

J’ai peur de la pluie, de la neige qui tambourinent sur les toits de zinc. Cela me rappelle trop les périodes de fuites dans les toitures, les bassines à vider dans le grenier au début 1981.

Des cuvettes rouillées trainaient dans les combles ainsi que des revues françaises et allemandes de la dernière guerre dans une valise, un étrange fragment de grenade, des masques à gaz…

En 1984, une terrible tempête arracha des plaques de zinc, remplacées lors du chantier en bac acier par le couvreur Carrillo.

Plafond escalier à 9m de haut

Photos archives : éclats plafonds d’escalier,

J’ai horreur des périodes de pluie cela avive mes cauchemars nocturne car je sais trop que le plâtre se gorge d’’humidité, sur les lattis de bois des planchers. Le poids s’alourdit, fissure et enfin craque tombant par plaques.

Souvenir d’une triste nuit de période pluie d’hivers en 1988, où soudain des plaques de plâtre sur lattis tombaient lourdement, de 9 mètres de haut, dans les escaliers. Quelle alerte sonore au petit jour.

Pour dégager le passage des blocs sur les escaliers. Une ambiance d’explosion, d’attentat dans un siècle de poussières. Le motif peint au centre du plafond rose a irrémédiablement disparu.

Instinctivement je me réveille en sursaut lorsqu’il commence à pleuvoir, une alerte interne SOS danger pour vider le trop plein des bassines, les gravats.

De 1984 à 2008, une trêve des fuites sous les tôles de bac acier, parfaitement étanches aux intempéries,

Mais jugé incompatible avec le visuel d’un monument historique selon l’étude de 2004 de M. Tillier, ACMH. Une fois l’architecture classée, ce toit de tôle était indigne d’un monument disait l’architecte en chef. Il fallait redonner son volume et l’authenticité des matériaux d’origine, le ZINC ainsi que toute la périphérie du toit orné de l’acrotère constitué de 100 moulures en ciment moulé. Un motif en forme de cœur dans les creux des moulages qui se détachent sur le fond bleu du ciel, des cœurs de ciel.

2009 : Les insomnies de pluie ont repris lors des graves inondations du chantier MH, un ruisseau dévalait l’escalier malgré l’intervention des pompiers.

Une nuit dramatique de chantier, les bâches des couvreurs claquaient sous le vent d’une redoutable tempête. Un appel à l’aide aux pompiers, un SOS au voisin Marc pour aider le courageux Jef réussit à maintenir les poutres de charpente en cours de montage dans ce bateau ivre. Les bâches claquaient au vent délirant. Une nuit d’horreur où la force du vent comme un spi de bateau à voile, faisaient dangereusement glisser les bâches, les bastaings pour tomber à l’aplomb de la rue de la Résistance.

S’enchaina malheureusement des fentes de dilation des soudures dans le caniveau en périphérie. Une série de dysfonctionnement pendant 5 hivers continua toujours en alertant vainement l’ingénieur du ministère de la culture. Des mal-façons ont causées de graves infiltrations jusqu’en 2014. Les combles remplies d’isolation en ouate de cellulose sont devenue humides comme des éponges.

ASSURANCES

Etant donné la vétusté, à chaque dégât des eaux « ils » haussent le montant annuel, nous force à aller chercher ailleurs comme De Clarens qui ose faire sa pub dans la revue patrimoniale VMF. Les assureurs, les courtiers remboursent les frais au minima, un déni de la spécificité des chantiers de restauration.

Ce jour contact d’un courtier de l’assurance « Beaux styles » envoyé de Lyon par Anne. Il doit venir. En effet, les vitrages de couleur ne bénéficient pas de protection en cas de vandalisme ou de tremblement de terre, ces dernières années. Pourtant on paye chèrement le contrat Groupama et de plus celui de la MAIF pour l’association.

29 JANVIER 2019

La villa des fleurs sous la neige

Livraison du deuxième déshumidificateur. Vivre dans une serre, une maison jardin aux façades de verre ≈ 300  m2 de vitrages de façades, a pour conséquence l’hiver d’avoir de la condensation sur les vitres, choc thermique froid dehors et chaleur dans les pièces.

Sous la neige, l’ancien parc en entrée de Grenoble le tram E

Les questions deviennent obsédantes comment se débarrasser des moisissures en douceur, la désinfection des pièces ?

En une semaine, le bac du déshumidificateur de la salle-à-manger est plein d’eau.

Vraiment quel dommage qu’ils n’aient pas autorisé à poser des capteurs solaires sur le toit du jardin d’hiver, cela aurait mis hors gel et assainit toute la maison et ses décors. La condensation sur les vitres atteste des problèmes de variation chaud/froid dans une maison qui ressemble à une serre l’été.

Je suis une femme qui vit à la maison, mais je reconnais que la casa est devenue plutôt un sacerdoce ces derniers temps.

Façade sud d’une serre, une maison jardin

30 JANVIER 2019

L’heure solaire locale de Grenoble

blog0130

Méridienne de temps moyen à l’heure solaire vraie

LLe rangement de photos numériques réveille beaucoup d’anecdotes qui touchent le patrimoine et la création. Certaines concernent la gnomonique de l’Atelier Tournesol comme le mail de signalement, de ce jour.

« Bonjour, en passant au midi solaire, 12h49, devant la méridienne de Chavin du centre ville (rue Philis de La Charce), je me suis aperçu avec stupeur qu’il est complètement faux d’un bon 1/4 d’heure, et idem pour les mois/saisons. Il a manifestement pris un coup sur la tête !! Vous êtes sans doute au courant. C’est signalé ? Je peux moi aussi faire qq chose auprès de la mairie ou autre? Amitiés Gilbert PS: photo de la méridienne par courriel séparé »

Amitiés

Gilbert

PS: photo de la méridienne par courriel séparé »

* Réponse.. Salut Gilbert Oui c’est incroyable en 30 ans, le manque d’intérêt des élus grenoblois à la culture, des administrations ayant mission de protéger le petit patrimoine et le développement du tourisme culturel. C'est flagrant pour cet instrument de mesure du temps

Atelier Tournesol n'a jamais pu restaurer cette méridienne de Joseph Chavin (grand-père de l’historien Robert Bornecque). Le célèbre Horloger grenoblois, avait sa boutique, atelier rue de Bonne juste en face de la méridienne de la rue Phillis de la Charce. Il remontait le mécanisme de ses horloges mécaniques, grâce à cette méridienne indiquant précisément l’heure solaire de Grenoble

(Atelier tournesol a restauré Les méridiennes sur plaque de fonte sur l’église d’Allevard, sur plaque de marbre sur l’église du Sailla-du-Gua, et sur l’école de Serres…

Tu peux les interpeller avec ta photo pour faire un signalement

- le Maire M. Eric Piolle, copie à l’élue au patrimoine Mme Martine Jullian. Grenoble ville d’art et d’histoire.

- L’office du tourisme de Grenoble-Métropole, sous-directeur M. Roland Monon, qui organise les visites guidées de l’horloge solaire classée du père Bonfa de 1673. (Jf Dana a restitué et positionné les miroirs sur les fenêtres du monument historique, lycée Stendhal en 1993)

Nous avions proposé également de restaurer la Méridienne place de cordes, le cadran lacunaire du couvent des Minimes pour faire un circuit touristique à l’heure du temps solaire de Grenoble.

L’équipe de l’Atelier Tournesol avait proposé des devis de chantier:

  • Restauration de l'heure solaire positionnement du style
  • Nettoyage des lettres, chiffres, rechampis en peinture noire
  • Pose d'une plaque de correction pour passer de l’heure solaire locale de Grenoble à l’heure légale française,
  • Séances tout public avec l’horloger du soleil pour expliquer de visu son mode d’emploi, au temps de la nature.

Nous avions espéré que l’expo au musée dauphinois « Midi au soleil » en 2014, ferait réagir. Les élus à la culture changent, l’inertie se perpétue car le petit patrimoine manque de protection. A ce jour, aucun écho des responsables pour concrétiser ce projet de valorisation du patrimoine dans l’espace publique, proposer un circuit des derniers cadrans.

L’office du tourisme de Grenoble-Métropole, organise les visites guidées de l’horloge solaire du père Bonfa de 1673, unique au monde et classé monument historique. En 1993, JF Dana l’horloger du soleil, l’a recalculé afin de repositionner les deux miroirs sur les fenêtres. Le cadran a redonné avec précision les heures françaises, babyloniques et italiques (Je l’ai cotoyé en tant que lycéenne. Son mystère a dû m’impressionner car nous avons créé en hommage, la trilogie solaire de la Casamaures en 1987).

Alors d’autres que nous peuvent peut-être ranimer la flamme? Beaucoup d’habitants observent cet objet intrigant et aimeraient avoir son mode d’emploi. On le sait car ils viennent nous poser des questions au siège de l’Atelier Tournesol à la Casamaures. Hélas, nul n’est prophète en son pays, SPERO LUCEM.

31 JANVIER 2019

 

Tapis magique sur neige

Chaque jour j’écris une page de moment de vie. Livres qui m’influencent actuellement :

Isabel Allende « La somme des jours » se relever au rythme des peines et des joies est une autobiographie de la plus connue des écrivaine d’Amérique du sud. La nièce de Salvadore Allende sait éveiller les émotions du monde affectif. Cela me donne envie de relire l’impressionnante saga de son monde sensible dans « La maison aux esprits » de 1994.

Hier soir au cinéma : Edmond Rostand, sa vie romancée, ses sources d’inspirations pendant la création de son chef-d’œuvre : Cyrano de Bergerac. Superbe réalisation dans les décors et mentalités du Paris fin XIXe.

On croise l’ambiance de 1897, les évocations du bazar de la Charité, dans une société cloisonnée et des codes aristocratiques de la bourgeoise et la misère populaire. Les débuts du cinéma provoquent le feu et les drames.

D’autre part, je viens de sortir de la lecture de« La forteresse digitale », le décryptage des codes dans un monde numérique où l’on côtoie des geeks. Un techno-triller de Dan Brown aussi passionnant que Da Vinci code. Une cryptanaliste dévoile des secrets et faux-semblants sur tous les échelons du pouvoir de nos jours

. ...

Cela me fait penser étrangement aux membres du groupe Wikimédia qui ont passé trois jours dans la salle de l’Orangerie à collecter les pages Casamaures. Aujourd’hui il faudrait prendre le temps de mieux les actualiser.

La Casa est une muse qui a tellement inspiré d’artistes dans les jardins. Promis au printemps, je ferai le tour de toutes les sculptures qui vivent en résidence dans les microcosme et l’exubérance des végétaux.