1 FEVRIER 2019

 

In mémoriam

Les RV préparatoires aux chantiers continuent pour conserver les décors d’origine des salons de la Casamaures, tout en même temps, les RV pour dynamiser la sauvegarde de l’oratoire de Joseph Jullien Cochard. Je débute une année froide peu commune, en empruntant souvent le chemin du 2 Rue du Souvenir, 38000 Grenoble. A la belle saison commenceront les chantiers dans les jardins, les créations de mai, juin.

0201

 

Cette année j’abandonne ma réserve, la preuve je collecte au quotidien des témoignages pour le carnet de RV de chantiers d’où on extrait des données pour le blog qui mixte chantiers, vie des chattes et menues histoires de chat dans la gorge. Chaque jour dans le cadre de la CasaMaures. Je m’amuse sérieusement à laisser des traces, des dates de témoignage d’un vécu dans un grand décor insolite, paradoxal au cœur des Alpes, un monde né-mauresque fascinant très déplacé dans l’actuel racisme ambiant, un paradoxe.

Suite au téléphone de la Préfecture, je réponds à leur demande d’identification pour un dossier transmis au ministère de la culture, d’un CV, bilan de tous les prix reconnaissances reçues en 38 ans de travail

Joint: un article de Captive 2018 diffusé en Savoie. Suisse. Italie.

Bizarre, à suivre, je demanderai des explications à Denis à l’initiative de cette nouvelle histoire entre les institutions et mon engagement d’intérêt public en faveur de la conservation du patrimoine culturel.

- Reconnaissances officielles, des prix, des trophées. Ces distinctions indiquent la place originale du monument dans l’histoire de la construction en France.

  • 1986 Chef-d’œuvre en péril remis par Antenne 2, Pierre de Lagarde et le ministre de la culture monsieur de Villiers.
  • 1988 Vieilles maisons françaises, château de Mausson pour la sauvegarde du monument (Achat du mobilier persan aux étoiles de nacre).
  • 2004 Prix du savoir-faire de l’or gris de La Casamaures remis par la fédération patrimoine Rhônalpin. (Bordures en ciment moulé de parterre dans le jardin d’hiver et dans le jardin des magnolias).
  • 2005 Prix du savoir-faire pour la maquette du parc en 1884, remis à l’AVIPAR par la Région Rhône-Alpes et la Fédération des associations du patrimoine rhônalpin.
  • 2009 Fondation pour les monuments historiques : 10 mètres de restitution de moulures d’acrotère pour le toit constituant une couronne en or gris pour un monument en chantier de toiture.(Entreprise de mouleur Avenier d’Echirolles)
  • 2014 Prix au fil du patrimoine remis par la Fondation du patrimoine, pour le cadran géant de l’Atelier Tournesol. (Scellement de 17m de dalles d’empreintes de fleurs en ciment prompt par l’entreprise de maçonnerie MRB). Pose de mires bleues dans l’alignement du « Méridien de la Casamaures ».
  • 2014 Prix du savoir-faire des cadrans solaires remis à l’Atelier Tournesol par Abraham Bengio représentant la Région Rhône-Alpes et patrimoine rhônalpin, Lyon. (13 créations de cadrans et la pose des Mires bleues du Méridien de La Casamaures 30m de longueur. Une cinquantaine de chantiers de cadrans de restauration ou de création, la valorisation de la gnomonique et des instruments de mesure du temps solaire local ).
  • 2014 GESTE D’OR du patrimoine Trophée remis à la Maître d’ouvrage pour tous les chantiers d’excellence des artisans du patrimoine, au Salon international du patrimoine, Carrousel du Louvre, à Paris. Entreprises de maçonnerie, vitraux, restauration de peintures murales.
  • 2019 ? nous espérons de bonnes nouvelles

2 FEVRIER 2019

 

Visites MH

0202

Chatte surveillant les Entrepots de la Métropole

Premier samedi du mois de février avec le massif du Vercors sous la neige

10h le matin, réunion du premier conseil d’administration de l’année,

C’est une rencontre amicale tout en discutant des projets au chaud dans la loggia.. On partage du bon gâteau au chocolat de Sylvie tout en découvrant deux fèves merveilles de Saint-Martin-le-Vinoux, du vin qui pétille de Mona, du fromage des Hautes-Alpes, des desserts partagés par l’équipe. A midi, Mireille, Jef et Denis cassent la croute. D’autres sont malades Geneviève et Géo, 4 absents dont Colette en Suisse.

Haut-les-cœurs, l’association Casamaures continue ses objectifs depuis avril 1985:

Hier la sauvegarde, valorisation du patrimoine, Aujourd’hui l’aménagement de son siège à l’orangerie, la protection des abords en co-visibilité.

Appel à la population, nous cherchons des bénévoles de bonne volonté, compagnons pour continuer à ouvrir le site culturel, participer aux activités au siège de l’association ?

*Nous calons la date du Samedi 6 avril : pour la 33ième assemblée générale.

Axes de travail 2019:

- sauver le monument funéraire de Cochard. Bonnes nouvelles : parcours théâtralisé au cimetière et nouveau guidage dans Grenoble sur les femmes remarquables.

- organiser l’exposition Paysages aux alentours du Neyron, Mona.

- Les RV aux jardins sur le thème des animaux, voir aussi avec les scolaires.

14h : surprise 27 personnes viennent malgré le froid découvrir le parcours conté dans un orient alpin. Des familles des enfants qui suivent en s’amusant avec les deux chattes. Une visite des chantiers où en final fusent les questions sur : les prochains chantiers du jardin d’hiver 9 baies vitrées, la restitution du promenoir et le dossier Fondation du patrimoine à présenter fondation Stéphane Bern.

Mais les abords les choquent de l’ancien parc partagé entre la friche du terrain Molas depuis 30 ans et les entrepôts insalubres de la Métropole et le parking de caravanes. Quatre bénévoles essayent de désamorcer les critiques. On y est pour rien si le code du patrimoine sur le périmètre de protection en covisibilité, n’est pas respecté depuis plus de 20 ans !

3 FEVRIER 2019

 

A l’entre deux guerres.

La demande des visiteurs, des étudiants est certes de laisser des témoignages de l’histoire de la construction, des archives mais également de bien transmettre de nos jours, des traces de la renaissance par les multiples chantiers, toute notre aventure de persévérance, de travail au quotidien, pour faire partager des actualités personnalisées.

Mon carnet de chantiers, livre de bord, cahier intime mixe les moments forts dans une journée. Il n’y a pas de plan préalable d’écriture, juste les questions au jour le jour qui se collectent patiemment pour nourrir, un jour j'espère, un livre écrit par d’autres inspirés.

0203

1920 Don de la famille Bourboutaa, à Vaujany

Il nous faudrait écrire les mémoires des 13 propriétaires successifs de la Casamaures. Cette photo est un don de sa petite nièce qui disait que sa "tante Hortense avait toujours refusé de dormir dans la maison impie". Son mari, le Charcutier de la place Grenette, possédait une boutique bien coté par la petite bourgeoisie grenobloise, réputée pour ses petits pâtés croutes délicieux. Il avait acheté le domaine de Saint-Martin pour faire des élevages de lapins, volailles dans les jardins. Il avait exposé « une tête de cochon avec du persil dans les oreilles, de contestation par rapport aux boches, qui l’avait charcuté » dit un vieux témoin pince sans rire. Toute une histoire qui finit mal avec la villa réquisitionnée, puis vendue au boulanger collaborateur Gonnet...

Sur la photo, ils avaient rajouté des marquises pour se protéger du soleil.

En 1981, des arcs de fer rouillés pendouillaient tristement sur les façades.

Démontés, ils ont servi en récupération d’arcs de la tonnelle des passiflores aux fleurs bleues qui enlacent les arceaux. Une tonnelle où poussent les grenadiers, les rosiers lianes. Sur le grand mur de la voie royale, les glycines bleues de Chine au printemps servent de cadre joyeux où les amoureux adorent se faire photographier.

  • 17.07.1886-1922 Auguste Bret : entrepreneur en travaux publics. 35 tombereaux d‘ossements austro-Sardes de 1815 répartis dans le parc.
  • 1922-1943 Jacques et Hortense Bourboutaa, charcutier
  • 1943-1951 Charles Félix Gonnet, boulanger, divorce avec sa femme Virginie 1947, qui vendra en 1951
  • 1951-1976 Le Bon Lait" Société laitière moderne » (les caves étaient des bureaux on y accédé par l'escalier sans fin jusqu’en 1965 puis muré. Voir photos données
  • de 1965 à 1976 l es bureaux arrêtent d’être dans les caves-ateliers et les ouvriers du Bon Lait d’être locataires, puis les portes cédent aux clochards…. Une belle ruine…
  • 1976-1981 19 mars Xavier architecte urbaniste de la ville de Grenoble et son frère Antoine du Trémolet de Lacheisserie,
  • 1981 les emprunts pour 20 ans, les chantiers de restauration, la renaissance commence, 29 ans, 20 ans d'emprunts puis d'autres pour la terrasse éboulée, puis le toit envolé...

4 FEVRIER 2019

 

Les erreurs dans la Base Mérimée du ministère de la culture.

Bonne nouvelle : M. Botton, ACMH vient de transmettre toutes ses archives de chantiers : Mission d’étude 1994. Chantiers 1997. 2002 à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, à Charenton.

http://www.culture.fr/collections/resultats?action_type=search&display_mode=list&lang=fr&qui=&quand=&ou=&base=&categ=&keywords=casamaures&x=11&y=7

http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr

PS : Attention aux erreurs dans la base de donnée MERIMEE du ministère de la culture

img/blog0204.jpg

 

Il y reste des erreurs de photos ou de données selon un signalement par des étudiants historiens, (malgré une dernière correction de décembre 2018 sur les fiches Mérimée).

Effectivement depuis le classement en 1986, la numérisation de la base de données en 1993, c’est difficile pour une privée de faire corriger les erreurs qui se perpétuent. Ce ne sont pas Louis Vicat : inventeur de la formule du ciment artificiel en 1817, ni son fils Joseph Vicat qui ont contribué à la construction la maison en "or gris" à cette date. Joseph Vicat construira sa cimenterie et les premier fours biberons du Genevrey à partir de 1858. Le ciment moulé des façades provient bien de la première cimenterie ouverte en Isère en 1842 « la Porte de France », sa couleur et les analyses stratigraphiques le montrent. (La société Vicat l'a racheté plus d’un siècle après en 1969)

C’est l’entrepreneur Milly Brionnet de l’Esplanade face à la cimenterie qui bâtit l''architecture de style néo-mauresque, sur les plans disparus d’un architecte à ce jour inconnu. Logo Monument historique, labyrinthe de Reims que nous avons affiché à la porte d'entrée

* Un véritable roman de grenoblois pourrait s’écrire avec les itinérances du sieur Joseph Jullien est né le 13 pluviôse de l’an XI c’est-à-dire le 2 février 1803, enfant naturel de Mélanie Jullien, fille-mère, couturière (7.1.1778-12.6.1841).

Morte à 65 ans avec un certificat d'indigence, une petite Cosette ! Tout un vrai roman rappelant des personnages de Balzac, Zola, Flaubert, Victor Hugo ou Beaudelaire.

Son grand-père maternel André Jullien au 4 rue Créqui, était maréchal ferrand. Cet éperonnier, vétérinaire a appris à Joseph son petit fils, le métier des chevaux. Retraçant des brides de sa vie, les archives retrouvent l’adresse de ses écuries et des transactions commerciales. Le cheval est toujours présent dans la vie de ce cavalier de la garde nationale.

En 1855 à 52 ans, il se déclare rentier, tout en continuant le commerce de peaux, de bois... Il achète le terrain de la Guinguette et construit son œuvre : un jardin, un arboretum encadrant une villa de « style fantaisie dit néo-mauresque » pour laquelle il payera des impôts en 1867. Pendant 18 ans la « marchande de nouveautés" Jeanne Marie, sa cousine Germaine, contribue à financer ce palais d’illusion. Cette deuxième épouse meurt en 1876.

Ruiné avec sa troisième épouse Alexandrine, il dû revendre en 1878 à son principal créancier le docteur Henri Minder, médecin colonial. 2 ans après, c’est sa gouvernante Suzanne veuve Passot qui hérite du domaine .

Fiche Maison dite Casamaures

0204c

5 FEVRIER 2019

 

Le ciment de l’Histoire.

0205

 

0205a

Laboratoire historique de la cimenterie de la Porte de France.

ARCHIVES CIMENTERIE DE LA PORTE DE FRANCE

Dans les registres de la série U des archives départementales (justice), intitulées Grenoble actes de sociétés, nous trouvons les dates et les lieux de constitution des diverses cimenteries.

La première cimenterie qui s'installe à Saint Martin-le-Vinoux en 1835 se nomme Riondet : ils extraient de la chaux, puis en 1842 du ciment prompt naturel à la Porte de France. Le Capitaine de Genie : Felix Breton devrait être mieux mis à l'honneur.

En 1852, c'est l'entreprise Arnaud Rostan et Compagnie.

En 1860 c'est au tour de la société Algoud frères, Dupuy, de Bordes et compagnie,

En 1863 Dumollard et Viallet, mais celle-ci, comme les autres d'ailleurs, sont en activités bien avant la rédaction de l'acte administratif. (Voir son castel Chantoiseau, aux fenêtres à meneaux, en ciment prompt 1886 rue de la Résistance, SMLV).

La plupart de ces entreprises ne se contentent pas uniquement d'être des producteurs de ciment mais elles se lancent aussi dans la construction de bâtiment et les travaux publics, comme l'indiquent les actes de sociétés.

L'entreprise Dumolard et Viallet a participé à plusieurs reprises aux expositions universelles (1855 à Paris, 1862 à Londres, 1867 à Paris, à partir de 1870 elle est représentée sous la raison sociale Delune et Compagnie).

Acte issu de l'étude de maître Silvy (3 E 10128), datant du 5 février 1870, concernant la création la société Delune et compagnie. Cet acte comporte les intervenants suivant : Dumolard et Viallet d'une part, Joseph Arnaud, Vendre et Carrière père et fils d'autre part, et Algoud frères, Dupuy de Bardes et compagnie.

Ces trois compagnies font le commerce de ciment et sont situées à la Porte de France : appartenant la commune de Saint Martin le Vinoux. Ces trois entreprises et Florian Delune: employé de commerce, se fondent en une seule et même compagnie. " Cette société a pour objet la vente des ciments dont les 3 maisons contractantes sont les seuls producteurs et encore accessoirement, l'entreprise fait l'exécution de tous travaux en ciment dans lesquels le ciment intervient pour une notable proportion".

1970 : rachat par la société Vicat, après le boom de la construction des Jeux olympiques.

... Actuellement, des tremblements de terre en 2010 ont ébranlé des galeries anciennes, mais le stockage des "roches à ciment" renferme un trésor géologique dans cette carrière enterrée en plein site urbain dont les mineurs vont juste au-dessous de Quaix en Chartreuse. Le site est guetté par les promoteurs de l’Esplanade.

Benoit Guilcher, étudiant pour son diplôme d’architecte à l’Ensag, nous a présenté une réutilisation culturelle, un espoir de survie de ce patrimoine industriel, mais qui financera ?

Tout le site XIXe, de la cimenterie1842, des fortifications 1884, plus le monument la Casamaures 1855/1867 représentent un intérêt historique selon les architectes du patrimoine, les experts UNESCO venus en 2017 et 2018.

6 FEVRIER 2019

 

Projets dessins scolaires SMLV

0206

 

Envoi à la directrice des Maisons d'école 1881 du Village de Saint Martin, (rebaptisées Simone Veil)

Le peuple des animaux ailés de La Casamaures

La Casamaures représente une jolie cabane à oiseaux qui a toujours abrité des animaux ailés en liberté.

Savez-vous que sont conservés des oiseaux peints sur les murs des salons depuis le XIXe siècle, un paradisier dominé par un perroquet tricolore! une scène de guêpiers pourchassant un papillon

… Dans les jardins de l’Orangerie, les mésanges bleues, pics et rouges gorges profitent gourmandes des boules de graines en hivers. Dès le printemps, sur les tonnelles d’aristoloches, les papillons : Diane et Proserpine, le machaon butinent sur les fleurs bleues des jasmins. Les coccinelles porte-bonheur, les coléoptères s’activent toute la journée en croisant les abeilles, les bourdons sur les fleurs mellifères ou des guêpes maçonnes sur les arabesques des façades en « or gris ». Des libellules volètent autour du petit pont, effarouchées par le piaillement des nuées de moineaux.

Il suffit de lever les yeux sur le coteau du « Petit Nice », pour observer des corbeaux, des geais aux plumes bleues ou des rapaces descendant des falaises du Mont Jalla, la Bastille.

De nuit, les pipistrelles passent chasser les moustiques dans le grand magnolia grandiflora au label "Arbre remarquable de France ».

Etonnant un mystérieux colibri de légende plane du jardin en terrasse rêvant dans le paysage urbain. Dans le jardin d’hiver, le faucon bleu de Visak gardienne les visiteurs.

Tout le peuple ailé vous attends avec vraisemblablement des elfes pour l’embellie du printemps.

Nous vous invitons à dessiner de toutes les couleurs, des oiseaux imaginaires en hommage au palais des mille et une nuits et de faire l’inventaire de tous les êtres vivants ayant la chance de posséder des ailes.

Nous pourrons les plastifier et les exposer ensemble dans le jardin de l’Orangerie pour fin mai

Bienvenue pour les rendez-vous des animaux des jardins

0206a

Nous avions accueillis des blasons imaginaires, de tout coeur.

 

7 FEVRIER 2019

 

Femmes de la Casamaures

0207a

 

Anne, Criss Dames en costumes mars 2018, photos Chrystelle Guichard Coste.

Pour protéger des UV les peintures uniques sur papiers et les décors de la villa de charme, en 2007, j’ai proposé une mise en scène des trois mariages de notre héros Joseph, l’audacieux bâtisseur. Les amis de l’association sont devenus des figurants en costumes d’époque. Une reconstitution avec les robes de mariages : bleue de dauphinoise en 1832, noire en 1849, blanche en 1876. Nous avons transformé en studio de prise de vue la salle à manger, posé une estrade pour surélever les modèles, avec en fond les vitraux des pièces, avec la complicité de l’ami photographe Géo Ichtchenko.

En plus de 10 ans, les trompe-l’œil photographiques devant les vitrages de couleur s’estompent, blanchissent. Les fantômes du palais sont d’étranges personnes en costumes perçues de nuit du bord des routes limitrophes, grâce aux éclairages des façades, tel un mirage.

Terrasse ouest, sur 3 portes fenêtres dans 3 pièces différentes, ils mettent à l’honneur les trois épouses officielles : Rosine 15 ans, Jeanne Marie 49 ans, Alexandrine 44 ans.

Sur d’autres fenêtres fixes, les portraits imaginaires de l’entourage de Joseph Jullien Cochard dont la mère Mélanie Jullien qui était une petite cousette couturière, fille mère.

Projet de parcours femmes de la Casamaures" 23 février et 9 mars "Journées internationales des femmes".

AVIS A LA POPULATION. Nous recherchons 3 robes de femmes du XIXe pour des portraits photographiques ???

____ Joseph Jullien-Cochard, rentier (2.2.1803-13.12.1886).

Deux fois veuf, trois mariages avec une « couturière », une « marchande de nouveautés » : boutique MODE place Grenette, puis une « lingère ». Aucun descendant officiel.

(Cet homme n'était pas choqué par les différences d'âge avec ses femmes: 14 ans d'écart, 3 ans de moins avec sa cousine germaine et enfin 30 ans plus âgé qu’Alexandrine).

Enfant naturel autodidacte, JJC devient rentier à 52 ans et se ruina en 23 ans.

A partir du 27 janvier 1855, il construit son domaine sur le terrain de la Guinguette, sa villa de style néo-moresque avec sa deuxième femme une modiste.

Il se ruine avec sa troisième femme, il doit tout revendre ses biens en 1878.

1886, il meurt pauvre, en location, à l’Ile verte. Cimetière Saint Roch : accès aux porte d’entrée rue du souvenir, allée n°7, carré C. Concession achetée en 1847 : case 129, mitoyenne de la tombe de son père présumé Baptiste Cochard.

_____ Tout un roman de grenoblois, je les transmets les dates d’archives

23 février: Invitation pour la guide OT Caroline Roussel Champetier. Elle propose un circuit des grenobloises remarquables ce printemps « Grenoble, c’est aussi une histoire de femmes ». En traversant la place Grenette, elle évoquera Jeanne Marie Laverrière la « marchande de nouveautés » mariée à son audacieux cousin.

- Le groupe de théâtre ARCOUR va redonner voix aux femmes du cimetière Saint Roch 19 mai, printemps des cimetières.

Il faut beaucoup de détermination pour faire reconnaître à leur juste place, l’œuvre de ses grenobloises qui ont participé à leur façon, à la construction du palais mauresque bâti par des artisans grenoblois. Incroyable de ne pas pouvoir faire passer d'articles sur les médias grenoblois qui devraient plutôt être fiers de l'œuvre de ces pionniers avec les façades en premier ciment moulé du plus ancien monument en béton dans l'histoire de l'architecture française.

8 FEVRIER 2019

 

La main de ODE

0208B

Empreinte de la main d’Anne Claire

Sur le chemin des mots signes, (alphabet dactylologie, langue des signes), des mains-signes se découvrent dans le jardin de l’Orangerie. Comme une poésie dédié au palais onirique, on peut déchiffrer : CHIMERES. VOYAGE. ETOILE. REVE. COSMOS. AME. CASAMAURES. MER DU SUD. ODE…

Des duos de mains amoureuses sont aussi perchées sur des pilastres en ciment moulé, des colonnes.

Toute une installation qui donne du sens en faisant parler le jardin. En 38 ans, toutes mes créations sont réparties en plein air des sculptures ou des fresques, 13 cadrans solaires sont animés par les jeux d'ombre et la lumière solaire, l’heure de la nature.

L’atelier se déroule au chaud dans la cuisine, Anne Claire offre sa main pendant ≈10mn de prise de l’alginate, de l’algue toute douce. Dans l’empreinte, je coule du ciment fibré au préalable gâché dans dans une petite gamate. Le moulage passera toute la nuit accolé au radiateur.

Le lendemain démoulage, magnifique moment pour enlever la gangue blanche de l’algue et de découvrir une main qui signe. Le O viendra compléter le mot ODE dans une jardinière. Au printemps il rejoindra le jardin de sculptures et d'amitié. Cette installation anime les jardins cosmopolites, les pérégrinations des visiteurs à la recherche des secrets.

9 FEVRIER 2019

 

CLIP du photographe GJ

0209

 

Im GJ, panorama entrée de Grenoble

Laisser des notes de chantier mixées aux chroniques journalières, aux moments forts, des jetés d’idées m’aident à clarifier les projets, par exemple constituer un nouveau clip d’annonce sur le site de l’association qui réponde aux mots-clés Casamaures.

Nous changeons l’édito du site association, une actualisation avec des images rapides « Jour & nuit sur la Casamaures ». Discutions avec Gilles Jullien, le voisin qui photographie depuis des années de son balcon le panorama de Grenoble et les couchers de soleil sur le Vercors. Bollywood sur Isère.

Clip 19 : un scenario illustrant les diverses facettes lors des visites découvertes du monument, à visionner dans la chaine youtube Casamaures

  • Bâtisseurs grenoblois du XIXe.
  • Les femmes de la Casamaures.
  • Or gris, ciment moulé.
  • Orientalisme.
  • Ecrin de verdure exotique, Magnolia grandiflora.
  • Créations de cadrans solaires Atelier Tournesol.
  • Jardin de l’Orangerie, art et flore, premier pont de béton 1855, maquette du parc 1884, art des rocailleurs, faux bois en ciment, chemin cosmopolite, chemin des mots en langue des signes

10 FEVRIER 2019

 

Melina mariée d'Istanbul

0210

Mariée devant les cœurs bleus de la Casamaures

Commandée à Istanbul sa robe est une splendeur mettant en valeur son bonheur, un visage radieux.

Pendant la séance de pose pour constituer le book de photos de son mariage, les flocages de paillettes s’envolaient. Entre les carreaux de ciment, les brillances de paillettes restent comme un souvenir heureux d’un samedi de novembre.

Je ne compte plus le nombre de couple venus se faire prendre en photos pour mémoriser des évènements dans ce décor romanesque.

Devant la peinture de la baie de Constantinople, les amoureux s’étreignent, dansent sous le plafond étoilé d’arabesques. Dans les jeux de lumières colorées des vitraux, ils se balladent amoureux…

11 FEVRIER 2019

 

Construction de la maison de style néo-mauresque

0211

blog0211.jpg

Princesse sur la rocaille de faux bois en ciment, sculptures masques de fer de Joël Bressand

RV : DAAC 10h : projet pédagogique, LE CIMENT A L’ŒUVRE dans le programme Itinér'art avec des professeurs de l'académie. Préparation du 15 et 29 mai 2019 pour les 2 rendez-vous à la Villa Casamaures. Visite du monument en or gris.

Atelier de moulages de ciment réfractaire, émaillage, cuisson raku, encadrement de Mona. Nous avions déjà organisé un workshop pour les 200 ans du béton, pour célébrer le bicentenaire de la formulation du ciment artificiel par Louis Vicat en 1817.

Recherches d'archives de Denis le chercheur d'histoires

Dans un autre document de la série S (1 S 3 134), nous trouvons la pétition suivante: "Le Sieur Milly dit Brionnet entrepreneur en bâtiment domicilié à la Porte de France à l'honneur d'exposer qu'il est dans l'intention de démolir une maison et d'élever un mur de clôture à Saint-Martin-le-Vinoux, sur la route impériale de Grenoble à Lyon et sur la propriété de monsieur Cochard, il désirerait être autorisé à faire ce travail", cette lettre est datée du 26 mars 1862.

D'après les matrices cadastrales (3971 W 15), nous apprenons que sur le plan 558 une démolition de maison est entamée en 1862 et qu'en 1867 une autre maison sur ce même plan devient imposable (ce qui daterait la partie d'habitation XIXème en ciment).

1870. Joseph Cochard et Aimé Milly Brionnet sont membres de la "Société des amis des arts pour la construction du musée" inauguré en 1876.

1881. Dans les archives de SMV "Le conseil municipal lit le procès-verbal de réception définitive des travaux pour la construction des maisons d'école par monsieur Milly Brionnet entrepreneur adjudicataire", l'architecte est Riondet Jules (Castel Chantoiseau 1886).

Place d’armes, le Musée-bibliothèque Construction : 1864-1870. Architecte : Charles-Auguste Questel, adjoint Hector RIONDET. Son père construit la préfecture deL'Isère (juste en face). En mars 1863. Questel envoie le plan d'un avant-projet inspiré d'après celui du conservateur du musée, Alexandre Debelle.

12 FEVRIER 2019

 

 

Le magnolia et l’homme, DEPARDON

0212

Cèdre du Liban, en arrière fond domination du magnolia centenaire

Matinée de dossiers : à la Direcct, préparation des devis pour dossier fondation Stéphane Bern

Surprise à 15h : sonnette à la porte étoilée du 13 bis : Simon Depardon fils camera à l’épaule vient en repérage pour un court métrage.

AVRIL tournage : RAYMOND DEPARDON: L’arbre et l’homme, une commande de la fondation Cartier.

En 2007, M. Feterman de l'association nationale ARBRES, a remis le label « Arbre remarquable de France, au MAGNOLIA GRANDIFLORA honoré par cet hommage au patrimoine naturel, végétal et exotique…

France selon le livre des Edition Privat, 5 magnolias remarquables.

Simon Depardon vient de filmer le tilleul de Réaumont de 6 siècles. Il ira filmer le tilleul de Sully du de Saint Martin en Vercors.

Le jeune reporter me rappelle combien nous avons lutté pour essayer de sauvegarder le tilleul de Sully de 4 siècles, ombrageant le cimetière de Saint-Martin-le-Vinoux, sur le chemin des croix. (Coupé par le maire sur le sacro-saint principe de précaution, toute une triste histoire avec l’achat du certificat de complaisance de l’ONF). En 2001, nous avions récupéré des bucherons un camion de branches charpentières qui se sont transformées en sculptures. Joël a eu le plaisir de sculpter des volutes dans du bois de 4 siècles, IN MEMORIAM toujours visible exposées dans le jardin d’hiver.

 

13 FEVRIER 2019

 

 

0213

Porte étoilée N°13 bis

- RV à l’atelier UMECA: découpe jet d’eau sur acier Corten, à Fontaine avec Mona qui veut faire découper des lignes de crêtes pour son projet d’exposition sur le parvis de l’Orangerie, du 25 mai au 29 juin 2019: « Néron et alentours, paysage habité » (A confirmer).

En 2019 : La cagnotte de tous les visiteurs du monument servira à construire un « portail étoilé » pour sécuriser l’accès aux jardins de l’Orangerie de l’association. Je relève les cotes, le débit de deux tôles en acier corten.

En 1993, j’ai passé commande d’une porte de 250kg d’acier indaten doublé d’une plaque de cuivre qui pivote à l’entrée du N°13 bis. L’entreprise familiale du serrurier Guillot. Pierre le fils, est revenu en 2017 pour réaliser la serrurerie de l’auvent 18m2 (9000€), pour mettre hors eau l’abri de jardin cabinet d’aisance et l’auvent qui nous sert lors des ateliers. Hors pluie et ombragé, un espace calme dans la bananeraie de Didier le planteur de Brigaudière.

- Midi hiberique : reportage filmé de 3 étudiantes en IUT commerce.

Une présentation de la Casamaures en espagnol, dont elles donneront une copie…

14 FEVRIER 2019

 

Saint Valentin et Saint glinglin

0214

Mariés de l’an

Un mariage le jour de la saint Valentin, c’est romanesque à la Casamaures. La mise en scène est aisée devant les décors qui désorientent les visiteurs. Les amoureux posent sous le blason du cœur bleu, à la croisée des porte-fenêtres. A l’angle sud de la terrasse, ils s’embrassent façon Di Caprio à la proue du Titanic. L’album de photos des heureux époux devient un album d’archives personnalisées car on constate en arrière-fond les améliorations de chantier, des vitrages de toutes les fenêtres, la pose des garde-corps sur les deux terrasses en 2000

. _______

Aprem grenoblois au cimetière Saint Roch

CHANTIER d’entretien de la tombe de famille de Joseph Jullien Cochard

Pendant que je nourris le bois de deux prie-Dieu avec de l’huile de lin + essence de térébenthine. Auparavant j’ai passé des couches d’insecticide du xylophène. Mireille nettoie la poussière sur l’autel, on voit apparaitre les veines de quartz sur la pierre bleue de lignière.

RV 15h avec Marie Claire Rivoire, « Association St-Roch ! Vous avez-dit cimetière ? ». Nous préparons le 19 mai "Le printemps des cimetières" avec une exposition dans la chapelle centrale.

Camille photographe de l’exposition In memoriam et Joseph Caprio qui avait exposé galerie Alter-Art, en novembre dernier : « une série de photographies réalisées dans un cimetière alors que les plaques et autres bouquets de porcelaine avaient été protégés sous plastique pendant des travaux de ravalement. Cadrés au plus près, les éléments photographiés se reconnaissent à peine et deviennent autres sous le voile de l'emballage qui filtre la lumière et sculpte le relief ; plis, drapés subliment le plastique qui se moire, s'irise, se ride, coule comme de l'eau. Des ors, des argents, des touches de bleu, de rose... ».

15 FEVRIER 2019

 

La loge des concierges

0215

Concierges dans la loggia.

Les sœurs chattes écoutent de tous les bruits de la maisonnée. Sur le rebord de la fenêtre, Princesse et Déesse accueillent les visiteurs de la porte d’entrée N°13 bis, mais surtout elles surveillent les oiseaux qui jubilent de l’arrivée des beaux jours. Les bulbes du jardin sortent de terre, les arbres commencent déjà à bourgeonner avec les vols tourbillonnant des insectes qu’on croyait hiberner. Hier j’ai croisé l’envol hésitant d’un machaon sur les pieds de béton d’un lézard en topiaire de lierre. Bonjour l’arrivée des téméraires papillons. Les mésanges volètent et butinent les boules de graines. Les lézards vont sortir des lézardes des terrasses pour se dorer au soleil, nous trouverons leurs queues sectionnées qui s’agitent en vain sur les terrasses. Ici demeure le royaume des lézards où passent aussi le voisinage félins : chat-chartreuse, chat-roux, chat-tigre et la panthère noire (dont on ne connait pas les vrais noms d’appellation).

Chronique de la vie quotidienne version la faune et la flore, entre terre et ciel, le monde animal s’agite d’un jardin LPO qui abrite nichoirs et nourrissoirs, des points d’eau où nous auront le plaisir d’observer l’accouplement des libellules de couleurs d’arc en ciel, ce printemps.

16 FEVRIER 2019

 

Mise en lumières

0216

Calligraphies light show dans le jardin d’hiver

Le palais des mille et une nuit a une vie calme ou fantaisiste certaines soirées de privilégiés.

Mais le gros problème reste l’éclairage de nuit des façades, les amateurs de photos, des riverains nous houspillent pour remettre l’éclairage sur le mirage du palais mauresque. L’alimentation des câbles de l’éclairage de la rue de la Résistance a été coupé en 2017 sur le sacré saint principe de sécurité des câbles vétustes posés par le service municipal pour éclairer le monument. C’était un autre maire qui avait assisté au classement du monument et à sa façon, il a voulu valoriser l’entrée de sa commune, cet effort a duré, mais après quatre mandats couic autoritaire. Mettre volontairement dans l’obscurité un monument, sans avertir de la décision les habitants, signifie un net reflet des décisions dominantes. Soit disant l’éclairage des façades gênerait un voisin ? Quel voisin a autant d’influence sur les décisions de la municipalité ? Le CA de l’association a décidé de payer un nouvel accès de son compteur électrique et nous avons financé l’achat des éclairages de leds. (Il a fallu organiser 600 visites guidées pour financer un chantier d’électricité d’illumination des façades).

Hélas, qui passe ouvrir la porte du compteur électrique sur le trottoir de la rue de la résistance dans la nuit et bidouille le bouton sur Linky… jeux ou malveillances, incivilités… Les façades sont de nouveau éteintes. Les remarques recommencent des voisins qui aiment éclairé de nuit ce signal du palais des mille et une nuit de leur quartier : « quand je rentre du travail le soir, cela me fait toujours plaisir et me rappelle nos voyages en famille l’été.

On prend un nouveau RV avec un électricien pour mardi matin pour nous aider à mieux identifier et sécuriser le circuit de câblage sur trois niveaux et vérifier l’humidité de condensation dans les leds…

17 FEVRIER 2019

 

GAZETTE FEVRIER envoyée aux adhérents 2019

0217

0217A

Cartes postales 1807 et 1967, Achat au salon des cartes postales,maison des Moais

RECHERCHES d'archives

Début du message réexpédié de: Denis Guignier

Pagella le site de la bibliothèque Lyautey est enfin en ligne

« J'ai pu consulter les presque 284 pages de 20 photos, seul 2 photos de la Casa: connues, à la montée page 100: 3ième photo, et page 187: 14ième photo.

Il n'y a pas celles de l'octroi où j'espérais peut-être trouver d'autres clichés prises de Duchemin retournant son appareil pour photographier une drôle de maison du voisinage.

Hélas! Pourquoi il y a si peu de photographies d’époque ?

En plein développement des photographies d’amateurs éclairés, le sujet dérangeait avec le style atypique de la maison ? Les archives sur la commune ont été détruites, quel dommage…

On avait organisé un stage de sténopés avec Christophe Huret, en retrouvant le charme de la chambre noire, la mystérieuse camera obscura. La salle de l’Orangerie transformée en noir pour un studio de développement.

De Joseph Nicéphore Niépce, en 1826, à la naissance officielle de la photographie par Daguerre 1836 qui améliore de l'invention de Niepce, quelle révolution du regard porté sur le paysage. Quels charmes ont ces témoignages uniques des portraits de famille où ils posent longuement, sérieusement devant l’appareil, en arrière-plan une peinture en décor néo-classique.

Nous rions toujours des trompe-l’œil photographiques imprimés sur les voilages des fenêtres entre les colonnades. Les visiteurs croient que ce sont des photos d’archives d’époque, chose impossible car Thomas Sutton réalise la première photographie couleur en 1861!

18 FEVRIER 2019

 

Suspens aux archives

*** 18 février 1846 : Premier mariage avec ROSINE, petite cousette de 15 ans. 14 ans plus tard, elle décède sans enfants. La construction de la chapelle funéraire lui est dédiée avec sur le fronton les initiales : JCR.

Détail sur le portail de fer forgé, aux croisées des portes, on découvre R enlacé au J

Un mausolée pour un roman d’amour de 15 ans à 29 ans. Inscription déclaration d'amour " Elle est la qui attends son époux, son per et sa mère a ses cotés". larmes à l'oeil.

_________

Recherches d’archives de Denis

Subject: plans géomètre 1922, Commandant Clet

Mail de Denis « Bonsoir. J'ai trouvé aux archives départementales des plans concernant la Casamaures dont un plan d'environ de 50x 70, et d'autres plans au crayon de papier.

Il s'agit d'archives qui ont été côtifiées tout récemment, donc maintenant communicables.

J'ai cherché en salle de lecture dans les villes, dont à SMV: la vente Clet à Lapierre.

J'ai demandé à la salle de consultation la cote de cette vente à Marion Guignier, (qui n'ait pas de ma proche famille).

En 1922, à la mort de sa femme, le commandant Jean-Emile Clet a vendu la maison du jardinier et une partie de jardin à Lapierre (qui le revendra peu de temps après à Ferdinand Chèvre).

C'était donc, une nouvelle délimitation de propriétés et un appel aux géomètres qui ont pris des me sures y compris la maison et le reste du terrain Clet.

A mercredi, n'oublie pas de t'inscrire à l'accueil en montrant une pièce d'identité et prendre un appareil photo performant!

En 1864, Boiton père avait placé des bornes de délimitation notamment chez Cochard.

Il manque ces archives qui ne sont déposées nulle part !

______

Réponse : Jérémie Dupanloup, architecte du patrimoine

« Bonjour,

Tous les plans ne sont peut-être pas perdus ! Suspens…

La photographies des grands plans est compliquée, la solution habituelle consiste à monter sur une chaise pour prendre la photo avec un bon appareil… Il y a toujours des reflets et variations de luminosité qui nuisent à la lecture.

Toutefois dans ce cas le plan est petit, cela ne devrait pas être trop compliqué. Je peux vous donner un coup de main si vous voulez demain à 14h.

Sinon le service des archives peut réaliser des numérisations. Normalement ce service n’est pas proposé, il s’agit d’un service interne. Toutefois, si le plan est vraiment intéressant, et vu l’intérêt du sujet, ils feront peut-être une exception si vous en faites la demande. A suivre !

- Oui je pensais découvrir son intérêt, et après demander une duplication « officielle »pour le monument.


Sténopés de Jardin au soleil

0218
0218A 0218B

 

Souvenirs des sténopés en compagnie de Christophe Huret

Les pérégrinations continuent dans les jardins pour la pose de "solarographes" de Guillaume Peruchon dans les jardins pour une saison d'aide à la création. Il viendra installer une quinzaine de boîtes pour capturer des images métaphores des lieux, des jardins, du magnolia, des façades d’arabesques. Jeudi il va devoir grimper avec des serres-câbles pour installer ses boîtes en hauteur.

Nous discutons comment va-t’il présenter ses résultats sur fragiles papiers photos ? Je suis curieuse de voir toutes ses expérimentations. Le projet d’une première exposition de sa démarche sera peut-être en mai/juin.

Nous faisons mieux connaissance, il est encore impressionné par sa première découverte du monde onirique de la Casamaures, c’était une nuit blanche du 8 août, lors du tournage épique de Jules Flandrin. (Film en court de montage, à voir lors du prochain festival du court métrage de Grenoble).

19 FEVRIER 2019

 

0219A

Mystère des insectes peints sur le papier décoratif de la salle à manger

Voir le monde en infiniment petit. Seuls les initiés découvrent ces petits détails de l’histoire animale casamaurienne. Dans tout le département de l’Isère, le thème de Paysage-Paysages saison 3 sera justement l’animal


Duo de mains ce mardi, Joël et Fabienne sur la terrasse.

CRISS la création du "Chemin des mots, les mains de jardin » continue. Ma collection s’enrichit de 57 mains-signes qui forment des mots dédiés à la Casamaures inspirés du dictionnaire de dactylologie, un langage gestuel des signes. Ainsi que des sculptures, des duos de mains enlacées d’amoureux. Jeanne & Satti, Françoise & Félix. Et aujourd’hui Fabienne & Joël se prête au jeu. L’atelier de prise d’empreintes en algue et béton fibré s’organise sur RV personnalisé…

J’ai bien l’honneur de vous demander votre main ?

0219

Joël est mon pote des années 70 à l’école des Beaux-arts de Grenoble. En effet, après le bac au lycée de garçons à Champollion, j’ai traversé la rue pour entrer dans ce bâtiment dédiée à l’origine aux arts décoratifs de Berthe de Boissieux.

A 16 ans, j’allais déjà faire des croquis de nus avec mon admirable prof pygmalion qui m’encourageait, toute une éducation de l’œil et de la main qui est restée essentielle. L’art est le moteur de ma vie, en préservation du patrimoine tout comme en esprit de création. Joël m’a aidé a déménager dans la ruine de la Casamaures en mars 1981. Fidéle ami, il revient dans les jardins et dissème ses outils sauvages, des sculptures de tilleul de Sully et dernièrement les mousquetaires haut perchés sur des treilles de rosiers lianes.


Et chaque jour des mails, des contacts, des échanges d’internautes dans le monde virtuel des claviers et écrans de photos.

Une réponse à un mail de M. Bory, architecte, un des experts d’Icomos qui nous a fait découvrir l’œuvre du génial architecte du béton Le Corbusier à Firminy, Saint Etienne.

Les membres d’Icomos sont venus à la Casamaures pour les célébrations des « 200 ans du béton ».

Unesco, patrimoine mondial : je relis le document de NARA 1994 sur l'authenticité, qui est conçu dans l'esprit de la " Charte de Venise, 1964 ». Une référence pour tous ceux qui œuvrent à la pérennisation du patrimoine mondial, bien de l’humanité. "

notamment le paragraphe 5. La diversité des cultures et du patrimoine culturel constitue une richesse intellectuelle et spirituelle irremplaçable pour toute l'humanité. Elle doit être reconnue comme un aspect essentiel de son développement. Non seulement sa protection, mais aussi sa promotion, demeurent des facteurs fondamentaux du développement de l'humanité…

*Extrait de la revue DEMEURE HISTORIQUE

Monsieur Macron, Président de la République française avait déclaré le 7 septembre 2017, à Athènes:

« Il faut aussi une Europe du patrimoine. Lorsque la civilisation est attaquée, elle est attaquée dans la culture, dans son patrimoine.

Et donc ce patrimoine, nous devons le défendre, le porter, le réinventer, nous le réapproprier car il est notre identité et notre avenir ! »

« Puisse cette ambition pour la France et son patrimoine, être une remise en perspective et non rester un simple un trompe l’œil ou une simple déclaration solennelle » signe Jean de Labertye, président de la Demeure Historique.

20 FEVRIER 2019

Recherches d’archives de Denis

Pagella : le site de Lyautey est enfin en ligne et j'ai pu consulter les presque 284 pages de 20 photos, seul 2 photos de la Casa: connues, à la montée page 100: 3ième photo, et page 187: 14ième photo.

Il n'y a pas celles de l'octroi où j'espérais peut-être trouver d'autres clichés prises de Duchemin, retournant son appareil photographier une drôle de maison. Hélas!

Cf. En juillet dernier, nous avons convaincu l’équipe de concertation sur l’esplanade, de financer le tirage d’une photo de Duchemin de le poste de garde, la porte d’entrée de Grenoble en 1889. Un octroi avec les chemins de ronde intérieur et extérieurs, le fossé. La Casemate avec la grande salle voutée qui a été murée. Je rêve de la voir débouchée pour libérer son espace dans des objectifs associatifs. (D104 ancienne route deLyon, debut rue de la Résistance SMLV). En 1878, elle s'appelait route nationale de Grenoble à Chalon sur Saone).

Subject: plans géomètre 1922, Commandant Clet vente à Lapierre.

Géométres experts : cabinet FUMET & NOIRET. Grenoble.

Mail de Denis « Bonsoir. J'ai trouvé aux archives départementales des plans concernant la Casamaures dont un plan d'environ de 50x 70, et d'autres plans au crayon de papier.

Il s'agit d'archives qui ont été côtifiées tout récemment, donc maintenant communicables.

J'ai cherché en salle de lecture dans les villes, dont à SMV: la vente Clet à Lapierre.

En 1922, à la mort de sa femme, le commandant Jean-Emile Clet a vendu la maison du jardinier et une partie de jardin à Lapierre (qui le revendra peu de temps après à Ferdinand Chèvre). C'était donc, une nouvelle délimitation de propriétés et un appel aux géomètres qui ont pris des mesures y compris la maison et le reste du terrain Clet. Il s'agit d'archives qui ont été cotifiées tout récemment, donc maintenant communicables.

En 1864, Boiton père géométre, avait placé des bornes de délimitation notamment chez Cochard. Il manque ces archives qui ne sont déposées nulle part !

______ Réponse : Jérémie Dupanloup, architecte du patrimoine:

« Bonjour,

Tous les plans ne sont peut-être pas perdus ! Suspens…

La photographies des grands plans est compliquée, la solution habituelle consiste à monter sur une chaise pour prendre la photo avec un bon appareil… Il y a toujours des reflets et variations de luminosité qui nuisent à la lecture. Toutefois dans ce cas le plan est petit, cela ne devrait pas être trop compliqué. Je peux vous donner un coup de main si vous voulez demain à 14h. Sinon le service des archives peut réaliser des numérisations. Normalement ce service n’est pas proposé, il s’agit d’un service interne. Toutefois, si le plan est vraiment intéressant, et vu l’intérêt du sujet, ils feront peut-être une exception si vous en faites la demande. A suivre !


 

21 FEVRIER 2019

Plans 1922 de géomètres experts

 

Im plan aux archives départementales. AD38 82J549 FUMET ET NOIRAY géomètres.

Trouvaille d’archive de Denis Guignier. Photos de Jérémy Dupanloup prises de vue hier, mais c’est difficile de photographier les pliures des plans échelle 1/200.

29 septembre 1922 : Vente du verger, du potager par le Commandant Clet à Lapierre.

Trois passionnés d’histoire, ont eu le plaisir de découvrir l’intérêt d’un dossier des relevés au crayon de géomètre.    Un dossier de feuilles fragiles, des croquis, des mesures et le plan pour la vente du terrain (à l’origine l’ancien verger de JJCochard) 63 ares 19 dont 34 ares 34 en vente, le début du morcellement qui continue de nos jours en trois parcelles.

La minutie des documents annotés de mesures, un dossier tout au crayon. La multitude de chiffres de toute petite taille est touchante de précision. (Un métier bouleversé par l’informatique, les relevés au lazer).

Je demande une duplication « officielle » de ces documents qui risquent de nous aider positivement à demander la valorisation de l’espace de l’ancien parc ≈ 6500m2 actuellement divisés en deux friches, (voir changement du PLUI, zone UD à vocation culturelle devient une zone d’espace vert).

Nous notons aucune valorisation des abords depuis le classement du monument en 1986, c’est-à-dire 33 ans d’inertie contrairement à la demande de monsieur Botlan, conservateur du CRMH ministère de la culture, en présence du préfet de l’Isère. Malgré les discours élogieux du maire SMLV monsieur Bernard Cornu, professeur accompagné du dentiste M. Henri Trémeaux et des élus de l’époque.

Nous en discutons avec l’architecte qui continue sa spécialisation à l’école des architectes du patrimoine à Chaillot. Il m’informe que plusieurs fois durant sa deuxième année, les spécialistes ont passé des photos commentées techniquement du monument la Casamaures. Certains l’ont découvert automne 2017 en visite des experts d’Icomos. M. Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des monuments historiques est aussi le Président d’Icomos-France. Cet inspecteur général des monuments historiques connait de visu le scandale de non protection des abords du monument.

La loi du 31 décembre 1903, relative aux monuments historiques et leurs abords. Les colloques l’abordent sur un bilan cent ans plus tard. Monsieur Gatier est intervenu sur : le « serial » patrimoine ou les limites des classements. En national, il parle aux architectes en spécialisation du monument emblématique de la Casamaures, une œuvre d’artisans grenoblois de la construction, des pionniers de l’innovation dans les processus de préfabrication. L’art du ciment moulé sans armature métallique, « de la pierre factice, de la pierre liquide » comme l’appelait les maçons. Un prototype de luxe de la préfabrication avec ses façades de colonnades, d’arcs lancéolés et outrepassés des fenêtres et l’exemplarité de ses décors néo-mauresques. Une harmonie stylistique entre la structure architecturale sur deux étages surmontant deux terrasses et ses décors peints en intérieur.

« Un revival technologique » disait M. Taupin, ACMH le premier à soutenir les projets de sauvetage avec l’architecte Bovier-Lapierre. Hélas, ils doivent se retourner dans leurs tombes de voir combien contre les fondations du monument perdurent les outrages d’une époque qu’on croyait révolue. Le comble du laisser-faire est que les vandales sont des élus, des fonctionnaires d’institution.

« La Casamaures est un unicum » écrit dans sa mission d’étude M. François Botton ACMH en 1994 pour les chantiers de restitution des garde-corps en ciment moulé des terrasses en 1997 et 2000.

  ***

Télégrenoble passe en boucle sur son carrousel, le clip de Pierre Muller qui est également visible sur notre chaine YOUTUBE CASAMAURES.

22 FEVRIER 2019

 

 

Im 1922le domaine de la GUINGUETTE / AD38 82J549. Fumet et Noiray géomètres,

Face à ses reconnaissances de l’unicité du monument, je suis une maitre d’ouvrage qui étonne par sa ténacité en 38 ans de labeurs. Bizarre mission qui consiste tout à la fois à initier, stimuler les partenaires des chantiers et financer personnellement toutes les étapes, tout en étant la cheville ouvrière pour un maximum de chantiers d’entretien.

La preuve comme tous les matins de cette semaine, je monte remettre du mastic le long des vitraux des menuiseries, avant les couches de peinture de protection d’un bois qui date de plus d’un siècle. Il fait magnifiquement beau. Par les fenêtres ouvertes, j’aperçois le gigantisme de nos montagnes environnantes avec les fragments blancs saupoudrés de neige sur le Vercors. Au fond de la vallée, sur les contreforts de la Chartreuse, on ne peut qu’être humble poussière d’étoile. Manuellement au quotidien j’assume mon travail de conservation d’un patrimoine méconnu, malaimé de certains élus locaux riverains, mais estimé même hors frontières.

Chantier mastic et peinture, à la base des fenêtres de menuiseries à l’étage. Le long des vitrages, l’altération des mastics est due en intérieur des pièces par la condensation l’hiver, et en extérieur au ruissellement de la pluie.

Je regarde tristement en dessous les deux friches de l’ancien parc. Actuellement un squatt de campement de tentes avec des chiens et l’autre parcelle à l’ouest, des caravanes et voitures des usagers de l’entrepôt mitoyen au toit de 400m2 bâches plastiques noires (en convention de gestion élue de la culture, ville de Grenoble depuis 1998).

Tout en travaillant, je me remémore des témoignages d’anciens. Les allées du parc romantique circulaient autour de deux grandes pièces d’eau alimentées par les captures de sources dans la glacière. Il y avait des statues dont celle de la « grenouille ». Tout a été détruit par l’entreprise Le Bon Lait en 1952. L’arborétum fut transformé en parking pour les camions de laitage et des fondations de l’entrepôt, ressort un indestructible paulownia, l’empereur de Chine aux fleurs bleues. Le Paulownia tomentosa est associé symboliquement, selon la tradition chinoise, avec le phénix et l'impératrice. Dans certaines régions de Chine, la tradition voulait qu'on plante un Paulownia à la naissance d'une fille. L'arbre grandissait avec elle et pour son mariage, l'arbre était abattu et son bois servait de dot.

Un très vieux riverain M. Milan, enfant de l’entre-deux guerres témoigne pour les dauphinois de Grenoble : « Il y avait des figuiers, des abricotiers royaux, des cerisiers, noyers, pommiers. Des serres, des cultures nourricières en temps de guerre ». Les archives citent même une « aspergère » bénéficiant du limon fertile des rives de l’Isère. Il m’a offert une photo de la propriétaire une boulangère de la dernière guerre, madame Virginie Gonnet, une amie de ses parents les assureurs.

23 FEVRIER 2019

Samedi 23 février : parcours guidé thème : « les femmes de la Casamaures »

Im Belles de la Casamaures.

Accueil de 13 personnes dont le sous-directeur de l’office du tourisme de Grenoble-Métropole et une comédienne de la compagnie de théâtre Arcour qui citeront les 2 premières épouses de Joseph: Rosine, puis Jeanne Marie lors du parcours du cimetière Saint Roch, le 19 mai: «  le printemps des cimetières". De même une guide parlera de la boutique de Mode de Jeanne Marie et son appartement place Grenette pour la journée internationale des femmes en mars. Un architecte DPLG, un paysagiste, une meylanaise, un trio de grenoblois participent au parcours conté sur trois terrasses. La bibliothécaire des archives départementales que j’avais aussi invitée, écoute très sérieusement les explications sur les campagnes de chantiers de restauration lacunaire des décors.

La présidente de ASR = association de valorisation du cimetière Saint-Roch était accompagnée d'une ministre de la santé de la Cote d’Ivoire.

Quant à Guillaume Peruchon, étudiant en cinquième année des Beaux-arts, il a installé cette semaine une quinzaine de solarographes sur les moulures du jardin. C’est décidé, sa première exposition sera le 15 mai avec Mona Navizet dans le cadre des événements départementaux de Paysage-paysages saison III.

Trois bénévoles ont offert leur temps pour permettre l’ouverture de bonne humeur du portail bleu, (face au tram E), ainsi ce patrimoine est ouvert pour les personnes de tout âge.

Une retraitée meylanaise nous raconte qu’elle l’a repéré depuis l’enfance, c’est la première fois qu’elle pousse le portail bleu pour découvrir « la maison du pacha »

Les anecdotes sentimentales sur ce monument historique si romanesque ne manquent pas.

24 FEVRIER 2019

Dimanche 24 février  SOS PRINCESSE DE LA CASAMAURES

Im Princesse de la Casamaures

Est-elle partie en vacances vendredi 22 février ? a-t’elle suivi des visiteurs ? des oiseaux ou les animaux du printemps ?

La disparition de la chatte ambassadrice de la Casamaures nous attriste. On distribue des affichettes chez les riverains, on questionne les voisins où elle aime aller regarder la télévision et recevoir des caresses. Tout un périple d’une chatte en liberté qui nous manque et encore plus à sa sœur Déesse.

Casamaures ou Cas’amore ? ce jeu de mots nous amusent pour désigner la « maison de style fantaisie dit néo-moresque » comme citent les archives de la vente en 1878 au médecin légiste le docteur Henri Minder.

La Cas’amore c’est aussi des symboles romantiques. A la croisée des fenêtres, des cœurs bleus sont gravés comme des porte-bonheur depuis le XIXe siècle. Imaginez la chambre de Jeanne Marie où sur les vitrages de couleur des fenêtres en arc lancéolés, les calligraphes déclament " Passion d’amour " nous a traduit une jeune artiste syrienne. Dans un groupe de visiteurs elle avait éclaté en sanglots en dévouvrant le trompe l'oeil de losanges formant des étoiles ou des cubes. Même motif traditionnel que celui au sol de la maison de ses grands parents à Alep. Mais à Grenoble fief des pionniers cimentiers, le sol est réalisé en premiers carreaux de ciment teinté en trois couleurs: rouge, noir, blanc.

Des entrelacs de cœurs sont peints sur les plafonds des salons. des frises de coeurs tres romanesques.

De plus 100 cœurs se détachent sur le ciel, formés pour la couronne de l’acrotère, des moulures posées en périphérie du toit en 2009.

* Sur le parvis de l’Orangerie, la création de l’Atelier Tournesol offre un cadran dans la niche concave d’une ancienne fontaine. Cette peinture murale est dédiée à Saint Amour. Un moulage de buste qui devient un porte-ombre.  Les rayons solaires d’après le midi, projettent l’ombre du « style ». Suivez le déplacement de l’ombre en forme de flèche du temps. Elle passe par le plan d’eau et ressort sur le mur ainsi se lisent les heures solaires. Ce cadran est exact à la minute seulement le jour de la sainte amour, c’est-à-dire le 9 août (ou le 3 mai). Chaque été, s’improvise amicalement le traditionnel picnic de la Sainte Amour.

25 FEVRIER 2019

La tête et les mains

 

Im: Chantier d’entretien de peinture sur les menuiseries dans les étages.

Des heures de réparation du mastic à l’huile de lin, le long des vitrages sur les huisseries de l’étage en sous-toiture.

En 2007, Anne Brugirard avait restitué tous les vitrages de couleur, 10 fenêtres fixes, 6 portes fenêtres. La symbolique des couleurs avec des vitraux de couleurs froides au soleil levant sur la Bastille, jaune au sud, couleurs chaudes d’après-midi est respectée. Grâce aux derniers fragments de couleur conservés dans les occulis, ils sont restitués. Ils sont ornés de calligraphies Hanak qui sont traduites par TON AIMEE...

Quelle magnificence les lumières rouges du salon et de ma chambre à l’étage, où se projettent les décors des moucharabiehs illuminés par les rayons du soleil couchant sur le Vercors. L’arc des baies encadre une vision étrange sur les crêtes du Vercors qui le transforme en paysage exotique. Vu des décors intérieurs, chaque ouverture vers le monde extérieur, cadre et modifie notre perception de la réalité du paysage. La rivière Isère pour un rêveur peut ressembler aux eaux du Nil ou du Bosphore selon l’influence des récits de peintres et écrivains voyageurs. Il y passait des barques. Il y avait un bac pour relier l’ile de Sirand, le polygone, le quai de la graille et les abattoirs, (qui appartenait à l’époque à SMLVinoux jusqu’en 1884).

Ainsi toute la journée, la rotation du soleil illumine les pièces intérieures. Avec l’excellence de la maître verrier de l’Atelier Montfollet nous avons restitué l’ambiance, l’architecture de lumière de couleur. une imprégnation colorée qui métamorphose le paysage extérieur.

Il nous reste le challenge de poser les 9 baies vitrées du jardin d’hiver au soleil couchant. Avis à la population, nous cherchons 30% d'un budget de 43000 euros, bigre!

Il faut que je réussisse à clore le dossier pour la fondation du patrimoine dynamisée par le médiatique Stéphane Bern. J’attends la réponse de l’architecte du patrimoine qui doit me transmettre des devis vitraux de sa mission d’étude..

 

26 FEVRIER 2019

Mastic et cogitation

 

Le chantier d’entretien perpétuel. Cheville ouvrière du patrimoine, je continue manuellement mon labeur sur le grand escabeau ou accroupie au sol pour repeindre des plinthes.

Dans les temps de poses, avec la casquette maître d’ouvrage, je téléphone à la DRAC, au DCP les partenaires des chantiers de sauvegarde des plafonds et des futurs chantiers des vitraux du jardin d’hiver. Il y a des dysfonctionnements. Les subventions de la mission d’étude décidées en 2017 n’arrivent toujours pas, ce qui signifie des avances de trésorerie trop lourdes à subir. Cette inertie administrative plombe le moral. Mais tout en même temps, grâce à l’association culturelle, les demandes artistiques me prouvent que ce lieu doit continuer à être ouvert pour le plaisir des visiteurs et des artistes, (plus d’un millier d’entrées gratuites à l’orangerie: jardin et salle voutée d’exposition, en 2018).

Ces derniers jours des échanges de mails et téléphones avec Carole Exbrayat coordinatrice du collectif de collagistes Colle and co, pour monter leur stage à l’Orangerie du 11 juin au 16 juin.

« Le contenu serait le collage en partant de ce que le lieu nous donne à voir et à saisir : frottages, photos etc  assemblés en tableaux. Petite résidence en journées de 4 jours pour réaliser, avec à la clef, l'installation d'une exposition, vernissage samedi et dimanche d’ouvrir à noter sur les agendas (convivial pique-nique : le samedi 15 juin midi) ».

27 FEVRIER 2019

 

 

Im reflets verts balayent les paysages peints sur papiers sur les murs des salons.

Prises de vue de format paysage de l’intimité des décors peints du XIXe. Une luminosité d’exception avec toutes les projections des ombres de couleur verte dans la salle-à-manger et rouge dans le salon. JM Francillon est un fidèle ami des lieux, il descend à vélo de l’habitation des cimentiers aux fauvettes.

- Mission Stéphane Bern : je rassemble tous les documents pour le dossier. Les textes d’accompagnement de ce chef-d’œuvre toujours en péril. Je sélectionne 5 photos de la ruine et des trois futurs chantiers essentiels du monument si détruit par les explosions des dernières guerres, une décennie de squatt des clochards et surtout les négligences humaines de 13 propriétaires jusqu’en 1981.

A la télévision passe des médiatiques interviews du chantre du patrimoine. Hélas impossible de l’envoyer leur site semble saturé. https://www.missionbern.fr/signaler-un-site. Et voici-voila, je continue de pousser mon rocher, avec ce dossier au père Noël Stéphane Bern. Les proches reçoivent des mails de demande de relectures, sachant combien j’esquinte l’orthographe, la syntaxe dans mes brouillons du carnet de notes de chantier. J’espère avoir résumé dans ce brouillon en 2000 caractères, tous les mots clés, qu’en pensez-vous relecteurs,  amis des lieux? Comment bonifier ce texte ?

Une ruine de villa construite à 1855 à 1867 est depuis 38 ans en chantiers de restauration. Cette renaissance pour la conservation d’un chef-d’œuvre des artisans grenoblois a commencé par des emprunts en 1981 par les habitants. C’est un rêve d’enfant qui se concrétise, un engagement au quotidien pour sauvegarder une singulière architecture de style néo-mauresque, qui a permis son classement monument historique en mai 1986. Son double intérêt dans l’histoire de la construction française est : son style orientaliste et sa technique innovante en premier ciment moulé dont trois façades de colonnades et d’arcs outrepassés. La Casamaures représente le plus ancien préfabriqué en ciment prompt (issu à 150m des galeries de la première cimenterie de la porte de France, ouverte en 1842).

L’association patrimoniale Casamaures d’Hier et d’Aujourd'hui a valorisé « le savoir-faire de l’or gris » dès 1990. Depuis nous espérons de l’aide pour restituer les promenoirs d’origine ornés des garde-corps représentant l’art des mouleurs de ciment selon la commande d'un couple de grenoblois ruiné en 23 ans. 

Les explosions des deux dernières guerres ont pulvérisé des centaines de m2 de vitraux de couleur, par conséquent nous souhaitons remettre l’architecture de lumière d’origine aux 9 baies vitrées du jardin d’hiver avec une vitrailliste. Sa façade de bois peinte était le pavillon de la Turquie racheté lors de la première exposition universelle de Paris en 1855. Sous l’ombrage d’un magnolia grandiflora de 160 ans au label « arbre remarquable de France », de nos jours les couleurs reprennent vie au temps solaire.

Ce monument en or gris magnifiant les décors néo-mauresque est un patrimoine emblématique en Isère. Dans cette illusion d’orient de palais de Constantinople aux portes d’entrée de Grenoble, nous espérons qu’un jour, tout l’ancien parc actuellement en friche, redeviendra un écrin de verdure, de sculptures pour « une folie néo-mauresque du XIXe siècle ». Un unicum, si paradoxal le long de la rivière Isère aux pieds des massifs de Chartreuse et face au Vercors au soleil couchant.

A nos pieds coule la rivière Isère, apparement pas si tranquille si on observe les tourbillons des fontes des neiges, des glaciers du réchauffement climatique.

28 FEVRIER 2019

 

Im  Echaffaudage toit en 2009

Mission Stéphane Bern, après 7 essais infructueux depuis le petit matin, finalement un envoi par Wetransfert par Jef webmaster juste avant minuit. J’ai rassemblé tous les documents pour le dossier. Les textes d’accompagnement de ce chef-d’œuvre toujours en péril. Je sélectionne 5 photos de la ruine et des trois futurs chantiers essentiels du monument si détruit par les explosions des deux dernières guerres, puis de 1965-1974 : une décennie de squatt des clochards. Les négligences humaines de 13 propriétaires successifs jusqu’en 1981 ont altérées les décors d’origine. Les fuites en toiture ont détruit tout l’étage en sous-toiture. J’espère sauver la façade du Jardin d’hiver, reconstituer les promenoirs sur la terrasse haute. Le montant des budget m’affole, alors je demande une aide sur mes 30% de participation au coté de la DRAC et DCP. Alain Robert, délégué départemental nous soutient avec bonhommie à la Fondation du patrimoine de notre région Auvergne Rhône-Alpes. L’envoi des copies du dossier essaime à Grenoble, Lyon, Paris.  Croisons les doigts en espérant des réponses positives en mai...

Nous vivons la 38ième année de renaissance d’une demeure de charme, de rêve qui inspire des créations contemporaines.

___ A 14h : Nicolas Pianfetti artiste photographe débarque impromptu de Quaix.  www.nicolas.pianfetti.com

En janvier, il a exposé au palais de justice de Grenoble, il m'offre son petit livre. Prises de vue des vitraux, des ombres colorées. Des captures d’images constituant un triptique photographique, qui sera peut-être en fond de scène pour la prochaine création chorégraphique de Jean Claude Gallotta. A suivre…